Archives par mot-clé : signification

26 MARS 2018 : 14h-16h : séance 7 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 7 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 26/03/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

La théorie de la signification présentée dans les Recherches Logiques engage la conjonction de deux thèses fondamentales que Husserl articule l’une à l’autre de façon originale : d’un côté, il s’agit d’accorder une très forte autonomie aux significations, en tant qu’unités idéales, à l’égard des actes du signifier ; mais cette autonomie de la signification ne remet nullement en question le rapport phénoménologique fondamental qu’entretiennent les actes du signifier à l’égard des actes intuitifs, seuls susceptibles de leur apporter (ou non) un remplissement, et de conférer ainsi aux significations une valeur de vérité déterminée. Signifier, en d’autres termes, c’est faire usage de significations idéales en s’inscrivant dans la perspective d’un remplissement intuitif possible. L’articulation de ces deux thèses définit les coordonnées du « réalisme sémantique » propre aux Recherches Logiques, reposant à la fois sur une défense de l’idéalité des significations et sur une théorie de la vérité fondée sur le concept phénoménologique de remplissement. C’est la raison pour laquelle on a aussi bien pu célébrer cette théorie en y découvrant un effort sans précédent pour marquer l’irréductibilité de la signification à l’intuition (Derrida) que la critiquer en y retrouvant l’empreinte délétère d’une théorie de la vérité comme adéquation (Brisart).

Or, dans un cas comme dans l’autre, cette conception de la signification semble difficilement s’accommoder du cas, pourtant central, des significations indexicales, c’est-à-dire des significations qui mettent en œuvre une référence inéliminable au contexte d’effectuation des actes du signifier. D’une part en effet, ce type de significations engage une part inéliminable d’indication qui semble remettre en question la pureté de l’expression de signification et l’autonomie de la signification exprimée. D’autre part, l’intelligibilité des significations indexicales semble requérir un remplissement non pas seulement possible, mais effectif : elles ne semblent pouvoir faire sens que dans la mesure où elles sont en quelque sorte déjà remplies.

Toute la question est de se demander si ces difficultés indiquent des limites indépassables de la théorie de la signification des Recherches Logiques, comme Husserl semble lui-même l’avoir pensé quelques années après leur parution. Le but de cette séance du séminaire sera de proposer une lecture de la 1ère Recherche permettant de donner un sens et une valeur positive à la conception de l’indexicalité que Husserl y développe. Nous nous appuierons à cet égard sur l’analyse de l’indexical auquel Husserl reconnait un privilège manifeste dans son traitement de l’indexicalité, à savoir le pronom de la première personne, et nous essayerons de montrer en quoi son analyse doit nous amener à relativiser le rôle que joue la question du remplissement à l’intérieur de la théorie husserlienne de la signification.

 

20 NOVEMBRE 2017 : 14h-16h : séance 3 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 3 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 20/11/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

La théorie de la signification défendue par Husserl dans ses derniers textes, notamment l’Origine de la géométrie, a créé des perplexités chez ses commentateurs : que veut exactement dire Husserl lorsqu’il affirme que la signification acquiert son « objectivité idéale » par et dans l’écriture ? L’idéalité de la signification et la réalité de l’écriture n’entrent-elles pas en contradiction ? L’hypothèse qui dirigera ma lecture est la suivante : à trop attribuer d’originalité et de profondeur aux thèses de Husserl, le risque est d’échouer à en voir l’intérêt philosophique. Ainsi, dans le but d’éclairer les textes husserliens, je les comparerai à ceux d’autres auteurs austro-allemands, à savoir Stumpf et Twardowski, qui défendent des thèses similaires à celles de Husserl. Inspiré par Twardowski, je me demanderai si Husserl ne néglige pas de distinguer différents niveaux de puissance et d’acte lorsqu’il affirme que la signification est incorporée dans des « documents ». Je soutiendrai qu’une telle distinction serait propre à accroître l’intelligibilité des thèses de Husserl.

APPEL A CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS : METHODOS 19(2019)

 

Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques

Saying and Meaning in Ancient and Late Ancient Arts of Language

(http://methodos.revues.org) (http://methodos.revues.org/4830) (English version below) (http://methodos.revues.org/4831)

La livraison 2019 de la revue Methodos – Savoirs et textes, publiée par le laboratoire « Savoirs, Textes, Langage », UMR 8163 (CNRS, Université de Lille), sera consacrée au thème « Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques ». Dans la perspective de cette publication, les responsables du numéro (Leone Gazziero et Carla Di Martino) lancent un appel à contribution :

 

Thème du numéro

Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques

Argumentaire

« Qu’est-ce que le langage et à quoi sert-il ? »

« Qu’est-ce qu’un signe linguistique et en quoi consiste sa signification ? »

« Quels sont les effets que les expressions linguistiques produisent, les contraintes qu’il faut respecter et les précautions qu’il convient de prendre lorsqu’on les utilise ? »

Ce complexe de questions, dont on peut retracer l’origine dans un certain nombre de textes de Platon et d’Aristote, oriente les enjeux fondamentaux de la réflexion grecque et latine sur la nature et le sens des expressions linguistiques ainsi que sur les conditions effectives de leur utilisation. Au fil des débats philosophiques, littéraires et scientifiques, cette compréhension du langage s’est déclinée en une variété de manières d’entendre ce que, pour un signe linguistique donné, « signifier » veut dire. Les contributions se concentreront sur les idées linguistiques que les auteurs de langue et culture grecque et latine – confrontés, plus ou moins explicitement, à la question « comment penser le langage ? »  – ont développées afin de rendre compte du phénomène complexe de la signification comme propriété des expressions, corrélat d’un contenu de pensée ou encore comme produit d’une pratique réglée d’échanges. Dans les limites chronologiques de l’Antiquité classique et tardive, le spectre des sujets susceptibles d’être abordés est donc délibérément large, l’accent des propositions d’article pouvant porter sur différents aspects que les philosophes, grammairiens et commentateurs de textes de la tradition grecque et latine ont explorés en matière de faits de langage en s’arrêtant tour à tour sur leur dimension physique (physiologie de l’expression et matérialité des signes linguistiques), morphologique et syntactique (typologies logiques et grammaticales des parties du discours et de leurs connexions), sémantique (théories de la signification), psychologique (étude des aspects perceptifs, intellectuels et affectifs liés au maniement des signes) ou encore pragmatique (prise en compte des situations concrètes d’utilisation des expressions linguistiques et mise en garde contre les dérives que cette utilisation peut entraîner).

Détails pratiques

Les propositions de contributions (2500 signes) seront envoyées sous forme électronique, en formats Word et PDF à la rédaction, simultanément à Bernard Sève (bernard.seve@univ-lille3.fr) et Florence Thill (florence.thill@univ-lille3.fr) jusqu’au

10 janvier 2018 au plus tard

Après acceptation de leur proposition, les auteurs devront faire parvenir le texte de leur article sous forme électronique, en formats Word et PDF pour

le lundi 30 avril 2018

en respectant les modalités décrites dans la rubrique « Conditions de publication et instructions aux auteurs » sur le site de la revue.

La taille des articles n’est pas limitée a priori.

Ils pourront être rédigés en français, allemand, italien ou anglais.

**********************************************************

 

Call for papers for the volume 19 (2019) of Methodos

(http://methodos.revues.org/4831?file=1)

Guest Editors Leone Gazziero and Carla Di Martino invite submission of papers to be published in « Saying and Meaning in Ancient and Late Ancient Arts of Language », the forthcoming issue of Methodos, the online review of the research unit «Savoirs, Textes, Langage» (UMR 8163 – CNRS, Université de Lille) (http://methodos.revues.org)

Saying and Meaning in Ancient and Late Ancient Arts of Language

«What are linguistic signs and why do we need them?»

«How do they mean what they mean?»

«What effects do they have and what precautions are called for when we avail ourselves of them in order to convey our thoughts and feelings, argue with other people or try to influence their behaviour in some way or another?»

Such and similar issues, whose roots go back at least as far as Plato and Aristotle (and arguably beyond), have been instrumental in determining what questions ancient philosophers and other language specialists asked about linguistic signs, their meaning and their uses. Through debates whose emphasis shifted back and forth between logic, grammar, rhetoric and theology, ancient understanding of what it takes for a linguistic expression to be meaningful has come in a variety of ways. Therefore, papers will focus on linguistic ideas and patterns Greek and Latin authors implemented in order to account for meaning as either a property of linguistic expressions, or a correlate of contents of thought, or else as a product of communication practices. Within the chronological boundaries of Classical and Late Antiquity, the range of issues open to discussion is deliberately broad and propositions’ focus may be either physical (linguistic signs have a materiality and a physiology of their own), morphological (typologies of parts of speech have been put forward by philosophers and grammarians alike) semantic (meaning, reference and everything that falls between), psychological (the actual handling of signs in its intellectual and affective dimension) or pragmatic (usage situations of linguistic expressions, both successful and biased).

SUBMISSION OF PROPOSAL

Contributions Proposals (2500 characters) will be sent electronically, in Word and PDF formats to

Bernard Sève (bernard.seve@univ-lille3.fr) and Florence Thill (florence.thill@univ-lille3.fr).

Deadline : January, the 10th 2018

Accepted languages: French,German, Italian, English.

SUBMISSION OF PAPERS

Once a proposal has been accepted, the authors will send their text in accordance with the guidelines described under «Conditions de publication etinstructions aux auteurs» on the review’s website (http://methodos.revues.org/2124)

Deadline : April the 30th 2018

Leone Gazziero

UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (STL), Université Lille 3

https://pro.univ-lille.fr/leone-gazziero/

Carla Di Martino

ANR / FNS “Sêmainô” / STL, Université de Lille 3

PROGRAMME DU SEMINAIRE « Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes », LILLE 2017-2018

SÊMAINÔ Γ (LILLE, 2017-2018) :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologies des signes

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : claudio.majolino@univ-lille3.fr

ORGANISATION : claudio.majolino@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

HORAIRE ET LIEUX : LILLE, STL, salle de séminaire (B1.663), le lundi de 10h à 12h OU de 14h à 16h.

PRESENTATION :

Suite aux volets Ancien (avril 2016- mai 2017, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (octobre 2016 -novembre 2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés respectivement sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Ce troisième volet, comme annoncé dans le programme déposé à l’ANR/FNS, gravitera notamment autour des phénoménologies des signes post-brentaniennes et, tout particulièrement, autour de la réflexion sémiotique de Husserl. Comme dans les cas d’Aristote et de Bacon, la réflexion sur les signes de Husserl n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique et approfondie visant à l’exhaustivité. Il manque non seulement une vision d’ensemble des thèses et des textes de Husserl d’intérêt sémiotique, mais aussi une mise en perspective historique de ses sources, modernes, médiévales et anciennes. Les travaux de ce séminaire, ainsi que la journée d’études qui s’en suivra, auront donc une tâche double. Il s’agira d’un côté de reconstruire les traits fondamentaux de la théorie des signes (linguistiques, mathématiques, somatiques etc.) dans une tradition « phénoménologique » qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation avec Aristote ; mais il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites d’un tel héritage ; en outre, il sera question de reconstruire à terme, et d’une manière la plus complète possible, la place des signes dans les « quatre phénoménologies » (Brentano, Husserl, Heidegger, Peirce) en commençant par une étude systématique des deux premières. Les questions d’ordre plus textuel/historique seront abordées lors des séances du séminaire, alors que l’intérêt d’une phénoménologie des signes dans le débat sémiotique et philosophico-linguistique contemporain sera abordé notamment lors de la journée d’études conclusive, où l’on reviendra également sur les assises méthodologiques de l’ensemble du Projet.

CALENDRIER :

02/10/2017, 14h-16h : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

09/10/2017, 14h-16h : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations

20/11/2017, 14-16h: Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

18/12/2017, 10h-12h: Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

29/01/2018, 10h-12h: Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

19/02/2018, 14h-16h: Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism « .

26/03/2018, 14h-16h : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

23/04/2018, 10h-12h: Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  1

28/05/2018, 10h-12h: Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

  1. ATTENTION CHANGEMENT DE DATE []

Séminaire « Sêmainô I » : 24 nov 2016, 10h-12h

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017) :

« La philosophie du langage d’Aristote :

nouvelles perspectives d’analyse textuelle et doctrinale »

Séance du Jeudi 24 Novembre 2016, 10h-12h , salle B1.663 (STL)

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Lecture et analyse de textes (II) : De Interpretatione ».

SÊMAINÔ : DIFFERENTIAL ARCHEOLOGY OF THE LINGUISTIC SIGN

Why do we need linguistic signs?”

What is a linguistic sign and how does it mean what it means?”

What effects do linguistic signs have and what precautions are called for when we avail ourselves of them in order to convey our thoughts and feelings, argue with other people or try to move them in any way?”

This complex set of issues, whose roots go back at least as far as Plato and Aristotle, is still of paramount importance today, insofar as it governs the most fundamental questions we ask about language, its meaning and its uses. Throughout debates whose emphasis has shifted hence and forth between logic, grammar, theology, as well as rhetoric and literature, our understanding of what it takes for a linguistic expressions to be meaningful has come in a variety of ways. In order to make sense of this diversity, the consideration of results, even the most recent ones in linguistics, cognitive sciences and information sciences, however essential, is not enough. What is required first and foremost is a second-order model allowing us to catalogue, classify and differentially analyse theoretical patterns that have been implemented throughout history in order to account for the complex phenomenon of meaning as a property of linguistic expression, as a correlate to contents of thought, or else as a product of communication practices.

SÊMAINÔ research project is meant to develop such a methodological device by way of historical comparison between relevant authors and theories. Used as a heuristic filter, it will help us discover and assess (filter “in” and “out”) differences and similarities between them.

These as well as other elements of continuity and discontinuity, whose charting is one of the project’s priorities, will be instrumental in identifying both past patterns and margins for future development. Philosophical inquiries into how language works and what signification is have much to gain from comparative description and mapping of transformations. As a matter of fact, on the one hand, we are confronted with a wide variety of theories which differ one from another by the emphasis they place on different aspects, be it physical (linguistic signs have a materiality and a physiology of their own), semantic (meaning, reference and everything that falls between), psychological (the actual handling of signs in its intellectual and affective dimension) or pragmatic (usage situations of linguistic expression, both successful and biased). On the other hand, for all their differences and peculiarities, linguistic and semantic theories are rooted in conceptual networks whose divergences often reside in matters of detail and local calibration: a number of different authors, who all have their own historical contexts, have been asking time and again similar questions about what are, in fact, linguistic signs, how can they be lent significance and what precautions are required when we make use of them.

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017) : PRESENTATION et CALENDRIER

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017)

« La philosophie du langage d’Aristote : nouvelles perspectives d’analyse textuelle et doctrinale »

Lieu : UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (STL), Université de Lille 3, Bâtiment B, SALLE B1.663

Un jeudi par mois

Responsables: Leone Gazziero (STL / ANS « SÊMAINÔ ») ; Carla Di Martino (STL / ANR « SÊMAINÔ »)

Contact :

leone.gazziero@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

ou :

Leone Gazziero ; Carla Di Martino, STL (UMR 8163), Université Lille 3, Rue du Barreau – BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Présentation du Séminaire :

Le lien entre les textes du corpus d’Aristote portant sur l’étude de la physiologie et de la psychologie du vivant et ceux dont les thématiques sont plus immédiatement liées aux arts du langage et aux techniques de la communication est, notamment dans l’historiographie récente, relativement bien établi. Il reste à l’explorer dans les détails et à montrer – concrètement – de quelle façon, déjà chez Aristote, le vocabulaire conceptuel du dire signifiant se développe à la croisée de différents domaines de réflexion qui s’organiseront par la suite en fonction de disciplines au périmètre assez bien défini (logique et psychologie notamment).

L’objectif principal du séminaire est donc d’étudier, dans leur imbrication, les différentes dimensions de la réflexion d’Aristote sur le langage et de faire ressortir la cohérence à la fois de doctrine et de registre de ses vues sur la représentation et la pensée, d’une part, l’expression et ses éventuelles dérives, d’autre part. L’élément de nouveauté inhérent aux travaux du séminaire consistant à étudier solidairement des thématiques qui sont abordées le plus souvent dans une seule perspective, tantôt celle des sciences de l’âme tantôt celle des arts de l’argumentation.

Il est prévu que la lecture des textes du corpus aristotélicien au programme soit accompagnée par des exposés de spécialistes qui seront invités à les commenter à partir des travaux qu’ils leur ont consacrés.

CALENDRIER

29 Septembre 2016, 16h-18h :

Francesco Ademollo (Università di Firenze) : « On the new Teubner edition of Aristotle’s De interpretatione ».

3 Novembre 2016, 10h-12h :

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus dialectique et métaphysique » ; « Lecture et analyse de texte (I) : Sophistici elenchi et Politica ».

24 Novembre 2016, 10h-12h :

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Lecture et analyse de textes (II) : De Interpretatione ».

26 Janvier 2017 , 10h-12h :

Maria Michela Sassi (Université de Pise) : «Entre âme, voix et langage : une lecture croisée de De Interpretatione, 1,16a2-17a9 et De Anima II,8,420b5-421a3 ».

2 Mars 2017 : 10h-12h :

Carla Di Martino (STL / ANR SEMAINO),  « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus biologique et psychologique » ; « Lecture et analyse de textes (III) ».

23 Mars 2017 :  10h-12h :

Giuseppe Feola (Université de Lisbonne), « Declarative Memory in Aristotle’s Psychology ? ».

27 Avril 2017 : 10h-12h :

Laura Castelli (LMU Munich), « Métaphysique, Iota 1 ».

18 Mai 2017 : 10h-12h :

Michel Narcy (CNRS UMR 8230 “Centre Jean Pépin”) :  « Métaphysique, Γ ».

SÊMAINÔ

« Pourquoi y a-t-il des signes linguistiques ? »

« Qu’est-ce qu’un signe linguistique et en quoi consiste sa signification ?»

« Quels sont les effets qu’il produit et quelles sont les contraintes que l’on doit respecter et les précautions qu’il convient de prendre lorsqu’on s’en sert ? »

Ce complexe de questions, dont on peut retracer l’origine dans un certain nombre de textes de Platon et d’Aristote, oriente encore aujourd’hui les enjeux fondamentaux de la philosophie du langage, à savoir l’élucidation du sens des expressions linguistiques ainsi que des conditions concrètes de leur utilisation. Au fil des débats logiques, grammaticaux, théologiques ou encore rhétoriques et littéraires, cette philosophie du langage s’est déclinée en une variété de manières de comprendre ce que, pour une expression linguistique donnée, « signifier » veut dire. Pour peu que l’on aborde philosophiquement cette diversité, une prise en charge des résultats, même les plus récents, en linguistique, en sciences cognitives ou encore en sciences de l’information, tout indispensable qu’elle soit par ailleurs, n’est pas suffisante. Ce qu’il faut c’est avant tout un paradigme conceptuel diachronique permettant de répertorier, classer et analyser les modèles théoriques mis en place au cours de l’histoire pour rendre compte du phénomène complexe de la signification comme propriété des expressions linguistiques, corrélat d’un contenu de pensée ou encore en tant que produit d’une pratique de communication.

Le programme de recherche SÊMAINÔ se propose de développer un tel outil méthodologique par une analyse comparative de la matière historique à travers un parcours indexé sur ses étapes les plus marquantes. Utilisé comme un “filtre heuristique”, cet outil contribuera à la découverte et à l’évaluation des analogies et des différences entre les auteurs et les doctrines à l’étude. Un regard synoptique sur leurs éléments et leurs solutions de continuité permettra non seulement d’identifier des structures récurrentes mais aussi de mieux apprécier leurs marges de développement au sein du débat contemporain.