Archives par mot-clé : séminaire sêmainô

19 FEVRIER 2018 : 14h-16h : séance 6 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 5 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 19/02/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism ».

The seminar will explore and elaborate upon Husserl’s dismissal of the so-called “image” or “sign” theory of perception within the framework of his “genetic” phenomenology (1915-1920). In order to do so, we will first clarify in what such a theory actually consists by also relating it to Husserl’s conception of the very notion of sign, then we will try to explain in what sense, and to what extent, this “uncompromised” rejection is crucial for Husserl’s philosophical self-understanding, that is to say, for his comprehension of phenomenology as a new form of “idealism”.

 

Essential Bibliography

Husserliana: III/1, VI, VII, XIX/1, XIX/2, XXXVI, XXXVIII; Hua-Mat: IX

Gallerand A., Husserl et le phénomène de la signification (Vrin 2014)

Kant I., Critique of Pure Reason (2nd edition)

Kant I., Prolegomena to Any Future Metaphysics that Will be Able to Present itself as a Science

Russel, B., The Problems of Philosophy

 

SEMINAIRE : Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty)(GENEVE 2018)

Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty)

RESPONSABLE : HELENE LEBLANC, helene.leblanc85@gmail.com

Séminaire (Master/Recherche) – Semestre de Printemps

  • les jeudis 22/02; 01/03; 08/03; 15/03; 22/03; 29/03; 12/04; 19/04
  • 10h-12h – Université de Genève – Uni Bastions A206

 

Objectif

Questionner le rapport entre logique et grammaire, et l’idée de grammaire générale qui en découle, sur la base d’une comparaison entre Antoine Arnauld, en tant que co-auteur des deux ouvrages phares de Port-Royal, et Anton Marty, comme le principal philosophe du langage de ce qu’on a appelé l’École de Brentano.

Descriptif

Quel est le rapport entre logique et grammaire ? Deux réponses antagonistes sont données à cette question : celle d’un strict parallélisme où le langage est le simple reflet de la pensée, et celle d’une radicale séparation, au sens où les catégories grammaticales n’ont rien à voir avec les catégories logiques. Entre ces deux réponses s’intercalent bien sûr une multitude de positions intermédiaires, dont Antoine Arnauld et Anton Marty donnent deux versions particulièrement développées. En particulier, et en dépit du temps qui les sépare, les deux « Antoine » partagent l’idée d’une grammaire générale, comme d’une grammaire qui n’est pas « pure » (au sens où Husserl l’entendra), mais qui est exempte des particularismes de chaque langue. Sur la base de sa théorie du jugement et de la notion de forme linguistique interne, Marty critiquera cependant l’isomorphisme langage / pensée, encore actif chez le représentant de Port-Royal qu’est Antoine Arnauld.

Le séminaire sera composé de 8 séances, basées sur une sélection de textes (en français), et d’une journée d’étude qui aura lieu le vendredi 13 avril.

Bibliographie

– A. Arnauld et C. Lancelot 1972, Grammaire générale et raisonnée (1660) Suivie de A. Arnauld et P. Nicole, La logique ou l’art de penser (1662), Genève, Slatkine Reprints.

– L. Cesalli 2016, « Grammaire, logique et psychologie chez Anton Marty », Bulletin d’analyse phénoménologique. XII 2, p. 121-138.

– A. Joly et J. Stefanini (eds.) 1977, La grammaire générale: des modistes aux idéologues, Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Université de Lille III.

– H. Leblanc 2017, « Grammaire générale and Grammatica speculativa. The Historical Roots of the Marty-Husserl Debate on General Grammar », in: G. Fréchette, H. Taieb (eds.), Mind and Language – On the Philosophy of Anton Marty, Berlin, De Gruyter, p. 325-343

– K. Mulligan 1990, « Marty’s Philosophical Grammar », in K. Mulligan (ed.), Mind, Meaning and Metaphysics. The Philosophy and Theory of Language of Anton Marty, Dordrecht / Boston / London, Kluwer Academic Publishers, 11-27

– A. Marty 2007, « Sur le rapport entre la grammaire et la logique », trad. fr. par D. Seron, in D. Fisette & G. Fréchette, À l’école de Brentano, Vrin, Paris, p. 385-421

– C. Pariente 1985, « Grammaire et Logique à Port-Royal », in C. Pariente, L’analyse du langage à Port-Royal: six études logico-grammaticales, Paris, Les Editions de Minuit, 103-148

29 JANVIER 2018 : 10h-12h : séance 5 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 5 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 29/01/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

Dans ce qui suit, je discute des différentes stratégies proposées par Husserl pour rendre compte de la signification des expressions indexicales et démonstratives dans le contexte d’une théorie phénoménologique de la signification. J’esquisse d’abord deux versions d’une telle théorie générale de la signification, celles proposées par Husserl en 1901 et en 1908 et je montre en quoi les significations indexicales et démonstratives posent problème pour ces deux versions de la théorie. Je discute ensuite des différentes interprétations de la théorie husserlienne des indexicaux et des démonstratifs proposées dans la littérature secondaire, notamment celles de Mulligan et Smith (1986), Føllesdal (1969) et Smith et MacIntyre (1982). Je termine en suggérant que les difficultés soulevées par ces expressions pour les deux versions de la théorie phénoménologique de la signification invitent à peuvent être contournées en mettant à profit certains outils développés dans la tradition austro-allemande, notamment par Marty.

20 NOVEMBRE 2017 : 14h-16h : séance 3 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 3 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 20/11/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

La théorie de la signification défendue par Husserl dans ses derniers textes, notamment l’Origine de la géométrie, a créé des perplexités chez ses commentateurs : que veut exactement dire Husserl lorsqu’il affirme que la signification acquiert son « objectivité idéale » par et dans l’écriture ? L’idéalité de la signification et la réalité de l’écriture n’entrent-elles pas en contradiction ? L’hypothèse qui dirigera ma lecture est la suivante : à trop attribuer d’originalité et de profondeur aux thèses de Husserl, le risque est d’échouer à en voir l’intérêt philosophique. Ainsi, dans le but d’éclairer les textes husserliens, je les comparerai à ceux d’autres auteurs austro-allemands, à savoir Stumpf et Twardowski, qui défendent des thèses similaires à celles de Husserl. Inspiré par Twardowski, je me demanderai si Husserl ne néglige pas de distinguer différents niveaux de puissance et d’acte lorsqu’il affirme que la signification est incorporée dans des « documents ». Je soutiendrai qu’une telle distinction serait propre à accroître l’intelligibilité des thèses de Husserl.

9 OCTOBRE 2017 : 14h-16h : séance 2 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 2 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 09/10/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations« 

This talk elucidates Husserl’s theory of signification, as he presents it in his 1901Logical Investigations, and reveals how he understands the signitive function of gestures from within that system. We begin by examining his fundamental distinction between indicative and expressive signs. We study Husserl’s definition of indicative signs as signs that are real and signify the reality of the signified. Focus is given to his counterintuitive descriptions of perceptual experiences as involving an indicative element. We then examine his understanding of expressive signs as those that need not be real, possess an isomorphic structure to their meanings and signified objects, and are given meaning by consciousness. It can then be demonstrated why Husserl defines gestures as indicative signs. In the conclusion, we provide some critical remarks.

2 OCTOBRE 2017 : 14h-16h : séance 1 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La première séance du séminaire Sêmainô :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 02/10/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

Dans la Première Recherche logique, Husserl soutient qu’afin d’achever une théorie phénoménologique de la signification, il est nécessaire de commencer par la « distinction essentielle » entre signes expressifs et signes indicatifs. La notion de « signe » devra donc être considérée en tant que foncièrement équivoque. Nous essayerons de tracer la genèse historique de cette thèse, en remontant jusqu’à la théorie bolzanienne des signes et en la situant dans le contexte plus vaste de l’école de Brentano et sa confrontation avec Aristote. Cela devrait permettre de montrer (1) le rôle des considérations d’ordre sémiotique dans l’économie de la critique husserlienne du psychologisme et (2) l’importance de la thèse husserlienne de l’équivocité du signe en tant que critique de l’opinion très répandue selon laquelle « signe » est un terme univoque dont la structure se laisserait résumer par la formule soi-disant médiévale aliquid stat pro aliquo.

PROGRAMME DU SEMINAIRE « Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes », LILLE 2017-2018

SÊMAINÔ Γ (LILLE, 2017-2018) :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologies des signes

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : claudio.majolino@univ-lille3.fr

ORGANISATION : claudio.majolino@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

HORAIRE ET LIEUX : LILLE, STL, salle de séminaire (B1.663), le lundi de 10h à 12h OU de 14h à 16h.

PRESENTATION :

Suite aux volets Ancien (avril 2016- mai 2017, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (octobre 2016 -novembre 2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés respectivement sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Ce troisième volet, comme annoncé dans le programme déposé à l’ANR/FNS, gravitera notamment autour des phénoménologies des signes post-brentaniennes et, tout particulièrement, autour de la réflexion sémiotique de Husserl. Comme dans les cas d’Aristote et de Bacon, la réflexion sur les signes de Husserl n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique et approfondie visant à l’exhaustivité. Il manque non seulement une vision d’ensemble des thèses et des textes de Husserl d’intérêt sémiotique, mais aussi une mise en perspective historique de ses sources, modernes, médiévales et anciennes. Les travaux de ce séminaire, ainsi que la journée d’études qui s’en suivra, auront donc une tâche double. Il s’agira d’un côté de reconstruire les traits fondamentaux de la théorie des signes (linguistiques, mathématiques, somatiques etc.) dans une tradition « phénoménologique » qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation avec Aristote ; mais il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites d’un tel héritage ; en outre, il sera question de reconstruire à terme, et d’une manière la plus complète possible, la place des signes dans les « quatre phénoménologies » (Brentano, Husserl, Heidegger, Peirce) en commençant par une étude systématique des deux premières. Les questions d’ordre plus textuel/historique seront abordées lors des séances du séminaire, alors que l’intérêt d’une phénoménologie des signes dans le débat sémiotique et philosophico-linguistique contemporain sera abordé notamment lors de la journée d’études conclusive, où l’on reviendra également sur les assises méthodologiques de l’ensemble du Projet.

CALENDRIER :

02/10/2017, 14h-16h : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

09/10/2017, 14h-16h : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations

20/11/2017, 14-16h: Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

18/12/2017, 10h-12h: Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

29/01/2018, 10h-12h: Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

19/02/2018, 14h-16h: Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism « .

26/03/2018, 14h-16h : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

23/04/2018, 10h-12h: Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  1

28/05/2018, 10h-12h: Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

  1. ATTENTION CHANGEMENT DE DATE []

23 Mars 2017 : 10h-12h : séance 6 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote)(Lille, 2016-2017)

STL, Lille, SALLE B1.663

Giuseppe Feola (Université de Lisbonne, Centro de Filosofia), « Declarative Linguistic Memory and the free play of imagination in Aristotle’s Psychology ».

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017) : PRESENTATION et CALENDRIER

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017)

« La philosophie du langage d’Aristote : nouvelles perspectives d’analyse textuelle et doctrinale »

Lieu : UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (STL), Université de Lille 3, Bâtiment B, SALLE B1.663

Un jeudi par mois

Responsables: Leone Gazziero (STL / ANS « SÊMAINÔ ») ; Carla Di Martino (STL / ANR « SÊMAINÔ »)

Contact :

leone.gazziero@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

ou :

Leone Gazziero ; Carla Di Martino, STL (UMR 8163), Université Lille 3, Rue du Barreau – BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Présentation du Séminaire :

Le lien entre les textes du corpus d’Aristote portant sur l’étude de la physiologie et de la psychologie du vivant et ceux dont les thématiques sont plus immédiatement liées aux arts du langage et aux techniques de la communication est, notamment dans l’historiographie récente, relativement bien établi. Il reste à l’explorer dans les détails et à montrer – concrètement – de quelle façon, déjà chez Aristote, le vocabulaire conceptuel du dire signifiant se développe à la croisée de différents domaines de réflexion qui s’organiseront par la suite en fonction de disciplines au périmètre assez bien défini (logique et psychologie notamment).

L’objectif principal du séminaire est donc d’étudier, dans leur imbrication, les différentes dimensions de la réflexion d’Aristote sur le langage et de faire ressortir la cohérence à la fois de doctrine et de registre de ses vues sur la représentation et la pensée, d’une part, l’expression et ses éventuelles dérives, d’autre part. L’élément de nouveauté inhérent aux travaux du séminaire consistant à étudier solidairement des thématiques qui sont abordées le plus souvent dans une seule perspective, tantôt celle des sciences de l’âme tantôt celle des arts de l’argumentation.

Il est prévu que la lecture des textes du corpus aristotélicien au programme soit accompagnée par des exposés de spécialistes qui seront invités à les commenter à partir des travaux qu’ils leur ont consacrés.

CALENDRIER

29 Septembre 2016, 16h-18h :

Francesco Ademollo (Università di Firenze) : « On the new Teubner edition of Aristotle’s De interpretatione ».

3 Novembre 2016, 10h-12h :

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus dialectique et métaphysique » ; « Lecture et analyse de texte (I) : Sophistici elenchi et Politica ».

24 Novembre 2016, 10h-12h :

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Lecture et analyse de textes (II) : De Interpretatione ».

26 Janvier 2017 , 10h-12h :

Maria Michela Sassi (Université de Pise) : «Entre âme, voix et langage : une lecture croisée de De Interpretatione, 1,16a2-17a9 et De Anima II,8,420b5-421a3 ».

2 Mars 2017 : 10h-12h :

Carla Di Martino (STL / ANR SEMAINO),  « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus biologique et psychologique » ; « Lecture et analyse de textes (III) ».

23 Mars 2017 :  10h-12h :

Giuseppe Feola (Université de Lisbonne), « Declarative Memory in Aristotle’s Psychology ? ».

27 Avril 2017 : 10h-12h :

Laura Castelli (LMU Munich), « Métaphysique, Iota 1 ».

18 Mai 2017 : 10h-12h :

Michel Narcy (CNRS UMR 8230 “Centre Jean Pépin”) :  « Métaphysique, Γ ».