Archives par mot-clé : SEMAINO Lille

28 MAI 2018 : 10h-12h : séance 9 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 9 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 28/05/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

 

 Stephan Meier-Ohser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

 

Aim of the seminar will be to draw a picture of the late period of the tradition of Leibniz’s conception of symbolic knowledge (cognitio symbolica), as it is, in one way or the other, effective in Trendelenburg, Husserl and Schröder (not to mention Frege and Peirce).

Workshop « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Colloque International : SÊMAINÔ Γ

Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà

Le 3 décembre 2018 de 14h à 18h00 et le 4 décembre 2018 de 9h à 18h30, Lille.

Organisé par C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg)).

Contact: aurelien.djian@univ-lille.fr

PRESENTATION DES TRAVAUX:

Suite aux volets Ancien (2015-2016, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (2016-2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés notamment sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Une partie centrale de ce troisième volet gravite autour de l’élaboration d’une phénoménologie des signes issue des réflexions sémiotiques et linguistiques propres à la tradition brentanienne et husserlienne. Il s’agira ainsi d’étudier, tant d’un point de vue historique que systématique des problèmes tels que : la conscience de signe en général ; la pensée symbolique ; la différence entre signes linguistiques et non linguistiques ; les écarts entre intentionnalité signitive, perceptive et imaginaire ; la structure catégoriale des signes linguistiques ; leur rôle dans la constitution des formations intersubjectives de type culturel (telles les sciences ou les communautés) etc. ; la structure sémiotique du monde culturel et personnel ; les possibles taxinomies de signes etc. Ces questions, étudiées notamment dans le cadre très complexe de la phénoménologie de Husserl, seront abordées du point de vue d’une tradition « phénoménologique » au sens plus large (et qui va de Brentano et Marty jusqu’à Heidegger et Ingarden) qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation, directe ou indirecte, avec Aristote. Héritage dont il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites à l’aune de perspectives plus contemporaines.

 PROGRAMME : disponible ici
 

23 AVRIL 2018 : 10h-12h : séance 8 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 8 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 23/04/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

23/04/2018, 10h-12h, Séance 8 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  

The School of Brentano progressively developed increasingly detailed theories about symbolic intentionality, to account for all the cases in which something is given only indirectly through signs. We continuously use signs, often without being fully aware of it, because they are easier to use. It is hard to distinguish at a glance a group of 20 from a group of 21 pebbles without counting them, but we can distinguish the numeral signs effortlessly. Among the Brentanists, particularly Husserl and Ehrenfels discussed the use of physical, externalised signs to support cognitive processes. How do we use signs to aid our thinking and what, if anything, changes when we externalise them, or even outsource them to a machine, such as a calculator?

26 MARS 2018 : 14h-16h : séance 7 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 7 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 26/03/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

La théorie de la signification présentée dans les Recherches Logiques engage la conjonction de deux thèses fondamentales que Husserl articule l’une à l’autre de façon originale : d’un côté, il s’agit d’accorder une très forte autonomie aux significations, en tant qu’unités idéales, à l’égard des actes du signifier ; mais cette autonomie de la signification ne remet nullement en question le rapport phénoménologique fondamental qu’entretiennent les actes du signifier à l’égard des actes intuitifs, seuls susceptibles de leur apporter (ou non) un remplissement, et de conférer ainsi aux significations une valeur de vérité déterminée. Signifier, en d’autres termes, c’est faire usage de significations idéales en s’inscrivant dans la perspective d’un remplissement intuitif possible. L’articulation de ces deux thèses définit les coordonnées du « réalisme sémantique » propre aux Recherches Logiques, reposant à la fois sur une défense de l’idéalité des significations et sur une théorie de la vérité fondée sur le concept phénoménologique de remplissement. C’est la raison pour laquelle on a aussi bien pu célébrer cette théorie en y découvrant un effort sans précédent pour marquer l’irréductibilité de la signification à l’intuition (Derrida) que la critiquer en y retrouvant l’empreinte délétère d’une théorie de la vérité comme adéquation (Brisart).

Or, dans un cas comme dans l’autre, cette conception de la signification semble difficilement s’accommoder du cas, pourtant central, des significations indexicales, c’est-à-dire des significations qui mettent en œuvre une référence inéliminable au contexte d’effectuation des actes du signifier. D’une part en effet, ce type de significations engage une part inéliminable d’indication qui semble remettre en question la pureté de l’expression de signification et l’autonomie de la signification exprimée. D’autre part, l’intelligibilité des significations indexicales semble requérir un remplissement non pas seulement possible, mais effectif : elles ne semblent pouvoir faire sens que dans la mesure où elles sont en quelque sorte déjà remplies.

Toute la question est de se demander si ces difficultés indiquent des limites indépassables de la théorie de la signification des Recherches Logiques, comme Husserl semble lui-même l’avoir pensé quelques années après leur parution. Le but de cette séance du séminaire sera de proposer une lecture de la 1ère Recherche permettant de donner un sens et une valeur positive à la conception de l’indexicalité que Husserl y développe. Nous nous appuierons à cet égard sur l’analyse de l’indexical auquel Husserl reconnait un privilège manifeste dans son traitement de l’indexicalité, à savoir le pronom de la première personne, et nous essayerons de montrer en quoi son analyse doit nous amener à relativiser le rôle que joue la question du remplissement à l’intérieur de la théorie husserlienne de la signification.

 

18 DECEMBRE 2017 : 10h-12h : séance 4 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 4 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 18/12/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

20 NOVEMBRE 2017 : 14h-16h : séance 3 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 3 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 20/11/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

La théorie de la signification défendue par Husserl dans ses derniers textes, notamment l’Origine de la géométrie, a créé des perplexités chez ses commentateurs : que veut exactement dire Husserl lorsqu’il affirme que la signification acquiert son « objectivité idéale » par et dans l’écriture ? L’idéalité de la signification et la réalité de l’écriture n’entrent-elles pas en contradiction ? L’hypothèse qui dirigera ma lecture est la suivante : à trop attribuer d’originalité et de profondeur aux thèses de Husserl, le risque est d’échouer à en voir l’intérêt philosophique. Ainsi, dans le but d’éclairer les textes husserliens, je les comparerai à ceux d’autres auteurs austro-allemands, à savoir Stumpf et Twardowski, qui défendent des thèses similaires à celles de Husserl. Inspiré par Twardowski, je me demanderai si Husserl ne néglige pas de distinguer différents niveaux de puissance et d’acte lorsqu’il affirme que la signification est incorporée dans des « documents ». Je soutiendrai qu’une telle distinction serait propre à accroître l’intelligibilité des thèses de Husserl.

9 OCTOBRE 2017 : 14h-16h : séance 2 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 2 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 09/10/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations« 

This talk elucidates Husserl’s theory of signification, as he presents it in his 1901Logical Investigations, and reveals how he understands the signitive function of gestures from within that system. We begin by examining his fundamental distinction between indicative and expressive signs. We study Husserl’s definition of indicative signs as signs that are real and signify the reality of the signified. Focus is given to his counterintuitive descriptions of perceptual experiences as involving an indicative element. We then examine his understanding of expressive signs as those that need not be real, possess an isomorphic structure to their meanings and signified objects, and are given meaning by consciousness. It can then be demonstrated why Husserl defines gestures as indicative signs. In the conclusion, we provide some critical remarks.

2 OCTOBRE 2017 : 14h-16h : séance 1 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La première séance du séminaire Sêmainô :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 02/10/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

Dans la Première Recherche logique, Husserl soutient qu’afin d’achever une théorie phénoménologique de la signification, il est nécessaire de commencer par la « distinction essentielle » entre signes expressifs et signes indicatifs. La notion de « signe » devra donc être considérée en tant que foncièrement équivoque. Nous essayerons de tracer la genèse historique de cette thèse, en remontant jusqu’à la théorie bolzanienne des signes et en la situant dans le contexte plus vaste de l’école de Brentano et sa confrontation avec Aristote. Cela devrait permettre de montrer (1) le rôle des considérations d’ordre sémiotique dans l’économie de la critique husserlienne du psychologisme et (2) l’importance de la thèse husserlienne de l’équivocité du signe en tant que critique de l’opinion très répandue selon laquelle « signe » est un terme univoque dont la structure se laisserait résumer par la formule soi-disant médiévale aliquid stat pro aliquo.

PROGRAMME DU SEMINAIRE « Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes », LILLE 2017-2018

SÊMAINÔ Γ (LILLE, 2017-2018) :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologies des signes

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : claudio.majolino@univ-lille3.fr

ORGANISATION : claudio.majolino@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

HORAIRE ET LIEUX : LILLE, STL, salle de séminaire (B1.663), le lundi de 10h à 12h OU de 14h à 16h.

PRESENTATION :

Suite aux volets Ancien (avril 2016- mai 2017, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (octobre 2016 -novembre 2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés respectivement sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Ce troisième volet, comme annoncé dans le programme déposé à l’ANR/FNS, gravitera notamment autour des phénoménologies des signes post-brentaniennes et, tout particulièrement, autour de la réflexion sémiotique de Husserl. Comme dans les cas d’Aristote et de Bacon, la réflexion sur les signes de Husserl n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique et approfondie visant à l’exhaustivité. Il manque non seulement une vision d’ensemble des thèses et des textes de Husserl d’intérêt sémiotique, mais aussi une mise en perspective historique de ses sources, modernes, médiévales et anciennes. Les travaux de ce séminaire, ainsi que la journée d’études qui s’en suivra, auront donc une tâche double. Il s’agira d’un côté de reconstruire les traits fondamentaux de la théorie des signes (linguistiques, mathématiques, somatiques etc.) dans une tradition « phénoménologique » qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation avec Aristote ; mais il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites d’un tel héritage ; en outre, il sera question de reconstruire à terme, et d’une manière la plus complète possible, la place des signes dans les « quatre phénoménologies » (Brentano, Husserl, Heidegger, Peirce) en commençant par une étude systématique des deux premières. Les questions d’ordre plus textuel/historique seront abordées lors des séances du séminaire, alors que l’intérêt d’une phénoménologie des signes dans le débat sémiotique et philosophico-linguistique contemporain sera abordé notamment lors de la journée d’études conclusive, où l’on reviendra également sur les assises méthodologiques de l’ensemble du Projet.

CALENDRIER :

02/10/2017, 14h-16h : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

09/10/2017, 14h-16h : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations

20/11/2017, 14-16h: Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

18/12/2017, 10h-12h: Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

29/01/2018, 10h-12h: Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

19/02/2018, 14h-16h: Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism « .

26/03/2018, 14h-16h : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

23/04/2018, 10h-12h: Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  1

28/05/2018, 10h-12h: Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

  1. ATTENTION CHANGEMENT DE DATE []

Workshop : « Après les Anciens: figures du signe, de la parole, du discours dans la tradition tardo-ancienne et médiévale »

jeudi 1er juin 2017, 14h – 17h30

UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (STL), Université Lille 3, Rue du Barreau – BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

SALLE CORBIN, 14h-17h30

Session 1

Président : Larent Cesalli (Univ. Genève / Sêmainô)

14h – 15h
FRANCESCO PAPARELLA, Université de Bergamo, « Image and word: the issue of « alethic » value of iconic sign between Late Antiquity and Early Middle Ages and its semiotic relevance ».

15h-16h
FEDERICO VIRI, Université de Genève, « La théorie de la proposition d’Abélard au filtre de sa noétique »

16h-16h30 pause café

Session 2

Président : Frédéric Goubier (Université de Genève / Sêmainô)

16h30 – 17h30
LUISA VALENTE, Università di Roma La Sapienza, « Rerum consequentia et accidentalis conexio. Les limites de la correspondance entre langage et realité selon Gilbert de Poitiers »

 

ORGANISATION : Leone Gazziero et Carla Di Martino ( STL / ANR / FNS SÊMAINÔ)

CONTACTS : leone.gazziero@univ-lille3.fr (Leone Gazziero) ; carla.dimartino@univ-lille3.fr (Carla Di Martino)

CALENDRIER:
22 / 05 / 2017 : Date limite pour l’envoi des hand-outs à photocopier et distribuer
01 / 06 / 2017 14h-18h30 : Workshop

TEMPS DE PAROLE : 40 minutes + 20 minutes de discussion

 

 

LES ACTEURS

SÊMAINÔ – ARCHELOGIE DIFFERENTIELLE DU SIGNE LINGUISTIQUE

EQUIPE SEMAINO:


Leone Gazziero (Directeur Lille)

Laurent Cesalli (Directeur Genève)

Claudio Majolino (Co-Directeur Lille)

Carla Di Martino (Post-doc Lille)

Aurélien Djian (Post-doc Lille)

Frédéric Goubier (Post-doc Genève)

Hélène Leblanc (Post-doc Genève)

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS: