Archives par mot-clé : Semaino

PROGRAMME « Workshop SÊMAINÔ V. Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Le Workshop SÊMAINÔ V aura lieu les lundi 3 et mardi 4 décembre, salle des colloques (Maison de la recherche), à l’Université de Lille, Campus de Villeneuve d’Ascq

Organisateurs : C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg))).

PROGRAMME

Le lundi 3 décembre : première séance (Alain Lernould)

14h : ouverture du colloque. Alain Lernould

14h15-15h15 : Charlotte Gauvry (Université de Liège), « “Le langage est essentiellement le signe de la pensée” (Brentano, Logik, EL80-12.978) » : 

Pause

15h30-16h30 : Hamid Taieb (Universität Hamburg), « Ordinary Language and Typicality: Some Brentanian Discussions »

Pause

16h45/17h45 : Friederike Moltmann (Université Paris-1/CNRS),  « Twardowski’s action-product Distinction: several Issues » 

20h : dîner

Le mardi 4 décembre : deuxième séance (présidente de séance : Hélène Leblanc)

9h-10h : Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), « Phenomenal Signs »

Pause

10h15-11h15 : Dominique Pradelle (Université Paris-4), « Sens et référence des signes mathématiques »

Pause

11h30-12h30 : Mark Textor (King’s College London), « Thinking, Speaking and the Notion of Sense »

Déjeuner

Troisième séance (président de séance : Hamid Taieb)

14h30-15h30 : Hélène Leblanc (Université de Genève), « Sign and Language in young Anton Marty »

Pause

15h45-16h45 : Laurent Cesalli (Université de Genève), « Husserl chez les martiens ? ».

Pause

17h-18h : Ingrid Vendrell-Ferran (Frei Universität Berlin), « Mediated Awareness in “Image Consciousness”: A Comparison between Husserl and Wollheim »

Conclusions

ABSTRACT :

Charlotte Gauvry : l’enjeu de ma présentation est de commenter la thèse de Brentano selon laquelle le langage doit être essentiellement entendu comme le « signe » de la pensée. En première apparence, la thèse n’est pas neuve et évoque la célèbre formule d’ouverture du Peri Hemèneias d’Aristote : « les sons émis par la voix sont les symboles des états de l’âme, et les mots écrits les symboles des mots émis par la voix » (16a 4-6). Cela étant, là où le modèle aristotélicien repose sur un schéma triadique (chose – états de l’âme – mots émis par la voix/mots écrits) qui opère selon deux relations successives dont l’une est naturelle (les états de l’âme comme signes des choses) et l’autre est conventionnelle (les mots comme symboles des états de l’âme), Brentano opère d’emblée un double déplacement : c’est le « langage » (et non les mots) qui est « signe » (Zeichen) (et non symbole) de la pensée. Pour exposer la spécificité de cette thèse, je m’appuierai sur la théorie brentanienne (reprise par Marty puis par Twardoswki) des trois fonctions des noms logiques (ou « expressions autosémantiques ») selon laquelle on peut considérer le nom comme le signe d’un acte psychique (fonction de manifestation, Kundgabe), le signe d’un contenu de représentation conceptuelle (fonction de signification, Bedeutung) ou le signe d’un objet (fonction nominative, Namen). En clarifiant le statut de ces trois fonctions, j’entends manifester certaines spécificités du programme de l’école de Brentano en philosophie du langage (qui s’exprime aussi exemplairement chez Martinak ou Marty) : le langage, quoiqu’entendu comme « signe », n’est pas « transparent » (cf. Foucault, Recanati) et se caractérise bien plutôt par son statut expressif. Il est signe en tant qu’il s’inscrit dans le contexte d’un processus mental intentionnel intersubjectif.

Hamid Taieb : The aim of this paper is to study the relation between ordinary language and typicality in the works of Franz Brentano and his most faithful pupil Anton Marty. Both these authors defend the thesis that words in ordinary language are vague. More precisely, their meaning is a mental content organised around “usual” (Brentano) or “typical” (Marty) items and the things in the extension more or less resemble these standard items, drawing away from them up to borderline cases. These views anticipate in many respects the prototype theory of concepts, whose origins, in the dominant narrative, are rather identified in Wittgenstein. My paper, first, presents the Brentanian discussions on ordinary language and typicality and, second, evaluates their philosophical relevance.

Friederike Moltmann : à venir.

Guillaume Frechette : Brentano introduced intentionality as the mark of the mental, distinguishing it from physical phenomena which, as he puts it, merely have a phenomenal and intentional existence, and should only be taken as signs of an external reality. This distinction gave rise to numerous misunderstandings among Brentano’s students and in recent interpretations of Brentano’s thesis. In this paper, I propose to account for Brentano’s idea of physical phenomena as phenomenal signs. I argue that classical objections such as Husserl’s misconstrue Brentano’s idea. I propose a reconstruction based on the thesis that to perceive a physical phenomenon x as a phenomenal sign of something else zpresupposes that you represent z in some way. A ‘red seen’ is the phenomenal sign of something else (light waves, forces, red objects, etc.) only to the extent that you have some conception of what it is the sign of. I argue that Brentano’s account of visual illusions presupposes such conceptions and I draw the implications of this reconstruction on his overall account of perception.

Dominique Pradelle : Une des questions centrales liées à l’intuition symbolique en mathématiques concerne le sens et la dénotation des signes mathématiques : au-delà du plan purement morphologique des symboles, ces derniers visent-ils des idéalités extra-symboliques qui seraient les significations mathématiques, et conduisent-ils vers l’évidence d’entités idéales qui seraient des objectités mathématiques ? Bref, le plan des symboles et de l’évidence symbolique se transcende-t-il vers celui des significations et dénotations idéales, et les modes d’évidence corrélatifs en lesquels ils sont censés être atteints ? Nou serons ainsi conduit à examiner le rapport entre la méthode hilbertienne de limitation au niveau des signes et la stratification ternaire que Husserl attribue à la logique.

Mark Textor : The Brentanian tradition tries to understand language as the intentional indication of mental states and episodes by means of signs. However, can there be a mental life to be indicated without signs already in place? Humboldt, Trendelenburg, Schleiermacher and, following them, Frege argue that we ‘think in signs’: no (physical) sign, no mental life. In my talk I will relate these two conceptions of language to each other.

Hélène Leblanc : Anton Marty’s philosophy of signs and meaning are now well known: from the genetic queries of his first works to the Investigations towards the Foundation of General Grammar and Philosophy of Language (1908); from the two senses, large and narrow, of Bedeutung, to the definition of Zeichensein, and to his conception of general grammar. The various studies rightfully stressed his originality, particularly with respect to Franz Brentano, despite the strong influence of the master on his pupil. This talk takes a step back questioning the framework of this semiotic and linguistic thought just before the meeting with Brentano. The answer to this question will be based upon the analysis of the 20 year old Marty’s dissertation on “Saint Thomas’ Doctrine of Abstraction of Supersensory Ideas from Sensory Images, with an Exposition and Critique of Other Theories of Knowledge” (1867). Not only will it be the opportunity to discover a text, recently transcribed and almost unknown, but also, more in particular, the presentation of the notion of sign and of the relation between words, ideas and things in this early work will provide some answers to the two following issues: 1) What is the formation of the authors of the phenomenological tradition – here in its first period, and especially considering those who received a theological-philosophic education? 2) How to weigh up the advent of phenomenological approach in relation to this scholastic tradition?

Laurent Cesalli : Dans les Prolégomènes et la première de ses Recherches logiques, Husserl expose ses vues sur la nature de la logique et de la signification. Si la position de Husserl inclut bien la vie mentale des sujets dans la description de ce que signifier veut dire, le sens, en dernière analyse, est quelque chose d’abstrait qui se voit instancié dans les expressions linguistiques. Dans mon exposé, je présente et discute brièvement la manière dont Anton Marty et quelques un de ceux qui se sont inspirés de sa pensée (les « martyiens ») ont pris position face à Husserl (Marty lui-même, Martinak, Bühler, Landgrebe).

Ingrid Vendrell-Ferran : One of the main insights of the phenomenological tradition consists in distinguishing between different kinds of consciousness as forms of awareness and apprehension of the world. Prima facie, these forms of consciousness or awareness can be divided into “immediate” and “mediate”. Perception counts as a paradigmatic case of immediate awareness: in perception we become directly conscious of the perceived object as present. Cases of mediate awareness are what phenomenologists have called “signitive consciousness” and “image consciousness”. The first refers to those forms of awareness enabled by signs, in which we perceive a sign but also become aware of what it represents externally by association or convention. The second form of mediate awareness, “image consciousness”, refers to a form of consciousness mediated by images. In this form, we perceive an image but also see “in” the image something that is not really there. We claim to see a landscape “in” a picture, but what we really see is the picture, the canvas, etc. at the same time that we “see in” the picture the depicted landscape. In my talk, I will explore this idea of “image consciousness” by focusing on and comparing the positions developed by Husserl and Wollheim. This analysis of “image consciousness” will prove to be helpful in better understanding some features of “signitive consciousness”.

28 MAI 2018 : 10h-12h : séance 9 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 9 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 28/05/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

 

 Stephan Meier-Ohser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

 

Aim of the seminar will be to draw a picture of the late period of the tradition of Leibniz’s conception of symbolic knowledge (cognitio symbolica), as it is, in one way or the other, effective in Trendelenburg, Husserl and Schröder (not to mention Frege and Peirce).

Workshop « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Colloque International : SÊMAINÔ Γ

Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà

Le 3 décembre 2018 de 14h à 18h00 et le 4 décembre 2018 de 9h à 18h30, Lille.

Organisé par C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg)).

Contact: aurelien.djian@univ-lille.fr

PRESENTATION DES TRAVAUX:

Suite aux volets Ancien (2015-2016, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (2016-2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés notamment sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Une partie centrale de ce troisième volet gravite autour de l’élaboration d’une phénoménologie des signes issue des réflexions sémiotiques et linguistiques propres à la tradition brentanienne et husserlienne. Il s’agira ainsi d’étudier, tant d’un point de vue historique que systématique des problèmes tels que : la conscience de signe en général ; la pensée symbolique ; la différence entre signes linguistiques et non linguistiques ; les écarts entre intentionnalité signitive, perceptive et imaginaire ; la structure catégoriale des signes linguistiques ; leur rôle dans la constitution des formations intersubjectives de type culturel (telles les sciences ou les communautés) etc. ; la structure sémiotique du monde culturel et personnel ; les possibles taxinomies de signes etc. Ces questions, étudiées notamment dans le cadre très complexe de la phénoménologie de Husserl, seront abordées du point de vue d’une tradition « phénoménologique » au sens plus large (et qui va de Brentano et Marty jusqu’à Heidegger et Ingarden) qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation, directe ou indirecte, avec Aristote. Héritage dont il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites à l’aune de perspectives plus contemporaines.

 PROGRAMME : disponible ici
 

23 AVRIL 2018 : 10h-12h : séance 8 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 8 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 23/04/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

23/04/2018, 10h-12h, Séance 8 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  

The School of Brentano progressively developed increasingly detailed theories about symbolic intentionality, to account for all the cases in which something is given only indirectly through signs. We continuously use signs, often without being fully aware of it, because they are easier to use. It is hard to distinguish at a glance a group of 20 from a group of 21 pebbles without counting them, but we can distinguish the numeral signs effortlessly. Among the Brentanists, particularly Husserl and Ehrenfels discussed the use of physical, externalised signs to support cognitive processes. How do we use signs to aid our thinking and what, if anything, changes when we externalise them, or even outsource them to a machine, such as a calculator?

APPEL A CONTRIBUTIONS / CALL FOR PAPERS : METHODOS 19(2019)

 

Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques

Saying and Meaning in Ancient and Late Ancient Arts of Language

(http://methodos.revues.org) (http://methodos.revues.org/4830) (English version below) (http://methodos.revues.org/4831)

La livraison 2019 de la revue Methodos – Savoirs et textes, publiée par le laboratoire « Savoirs, Textes, Langage », UMR 8163 (CNRS, Université de Lille), sera consacrée au thème « Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques ». Dans la perspective de cette publication, les responsables du numéro (Leone Gazziero et Carla Di Martino) lancent un appel à contribution :

 

Thème du numéro

Dire et vouloir dire dans les arts du langage anciens et tardo-antiques

Argumentaire

« Qu’est-ce que le langage et à quoi sert-il ? »

« Qu’est-ce qu’un signe linguistique et en quoi consiste sa signification ? »

« Quels sont les effets que les expressions linguistiques produisent, les contraintes qu’il faut respecter et les précautions qu’il convient de prendre lorsqu’on les utilise ? »

Ce complexe de questions, dont on peut retracer l’origine dans un certain nombre de textes de Platon et d’Aristote, oriente les enjeux fondamentaux de la réflexion grecque et latine sur la nature et le sens des expressions linguistiques ainsi que sur les conditions effectives de leur utilisation. Au fil des débats philosophiques, littéraires et scientifiques, cette compréhension du langage s’est déclinée en une variété de manières d’entendre ce que, pour un signe linguistique donné, « signifier » veut dire. Les contributions se concentreront sur les idées linguistiques que les auteurs de langue et culture grecque et latine – confrontés, plus ou moins explicitement, à la question « comment penser le langage ? »  – ont développées afin de rendre compte du phénomène complexe de la signification comme propriété des expressions, corrélat d’un contenu de pensée ou encore comme produit d’une pratique réglée d’échanges. Dans les limites chronologiques de l’Antiquité classique et tardive, le spectre des sujets susceptibles d’être abordés est donc délibérément large, l’accent des propositions d’article pouvant porter sur différents aspects que les philosophes, grammairiens et commentateurs de textes de la tradition grecque et latine ont explorés en matière de faits de langage en s’arrêtant tour à tour sur leur dimension physique (physiologie de l’expression et matérialité des signes linguistiques), morphologique et syntactique (typologies logiques et grammaticales des parties du discours et de leurs connexions), sémantique (théories de la signification), psychologique (étude des aspects perceptifs, intellectuels et affectifs liés au maniement des signes) ou encore pragmatique (prise en compte des situations concrètes d’utilisation des expressions linguistiques et mise en garde contre les dérives que cette utilisation peut entraîner).

Détails pratiques

Les propositions de contributions (2500 signes) seront envoyées sous forme électronique, en formats Word et PDF à la rédaction, simultanément à Bernard Sève (bernard.seve@univ-lille3.fr) et Florence Thill (florence.thill@univ-lille3.fr) jusqu’au

10 janvier 2018 au plus tard

Après acceptation de leur proposition, les auteurs devront faire parvenir le texte de leur article sous forme électronique, en formats Word et PDF pour

le lundi 30 avril 2018

en respectant les modalités décrites dans la rubrique « Conditions de publication et instructions aux auteurs » sur le site de la revue.

La taille des articles n’est pas limitée a priori.

Ils pourront être rédigés en français, allemand, italien ou anglais.

**********************************************************

 

Call for papers for the volume 19 (2019) of Methodos

(http://methodos.revues.org/4831?file=1)

Guest Editors Leone Gazziero and Carla Di Martino invite submission of papers to be published in « Saying and Meaning in Ancient and Late Ancient Arts of Language », the forthcoming issue of Methodos, the online review of the research unit «Savoirs, Textes, Langage» (UMR 8163 – CNRS, Université de Lille) (http://methodos.revues.org)

Saying and Meaning in Ancient and Late Ancient Arts of Language

«What are linguistic signs and why do we need them?»

«How do they mean what they mean?»

«What effects do they have and what precautions are called for when we avail ourselves of them in order to convey our thoughts and feelings, argue with other people or try to influence their behaviour in some way or another?»

Such and similar issues, whose roots go back at least as far as Plato and Aristotle (and arguably beyond), have been instrumental in determining what questions ancient philosophers and other language specialists asked about linguistic signs, their meaning and their uses. Through debates whose emphasis shifted back and forth between logic, grammar, rhetoric and theology, ancient understanding of what it takes for a linguistic expression to be meaningful has come in a variety of ways. Therefore, papers will focus on linguistic ideas and patterns Greek and Latin authors implemented in order to account for meaning as either a property of linguistic expressions, or a correlate of contents of thought, or else as a product of communication practices. Within the chronological boundaries of Classical and Late Antiquity, the range of issues open to discussion is deliberately broad and propositions’ focus may be either physical (linguistic signs have a materiality and a physiology of their own), morphological (typologies of parts of speech have been put forward by philosophers and grammarians alike) semantic (meaning, reference and everything that falls between), psychological (the actual handling of signs in its intellectual and affective dimension) or pragmatic (usage situations of linguistic expressions, both successful and biased).

SUBMISSION OF PROPOSAL

Contributions Proposals (2500 characters) will be sent electronically, in Word and PDF formats to

Bernard Sève (bernard.seve@univ-lille3.fr) and Florence Thill (florence.thill@univ-lille3.fr).

Deadline : January, the 10th 2018

Accepted languages: French,German, Italian, English.

SUBMISSION OF PAPERS

Once a proposal has been accepted, the authors will send their text in accordance with the guidelines described under «Conditions de publication etinstructions aux auteurs» on the review’s website (http://methodos.revues.org/2124)

Deadline : April the 30th 2018

Leone Gazziero

UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (STL), Université Lille 3

https://pro.univ-lille.fr/leone-gazziero/

Carla Di Martino

ANR / FNS “Sêmainô” / STL, Université de Lille 3

PROGRAMME DU SEMINAIRE « Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes », LILLE 2017-2018

SÊMAINÔ Γ (LILLE, 2017-2018) :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologies des signes

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : claudio.majolino@univ-lille3.fr

ORGANISATION : claudio.majolino@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

HORAIRE ET LIEUX : LILLE, STL, salle de séminaire (B1.663), le lundi de 10h à 12h OU de 14h à 16h.

PRESENTATION :

Suite aux volets Ancien (avril 2016- mai 2017, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (octobre 2016 -novembre 2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés respectivement sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Ce troisième volet, comme annoncé dans le programme déposé à l’ANR/FNS, gravitera notamment autour des phénoménologies des signes post-brentaniennes et, tout particulièrement, autour de la réflexion sémiotique de Husserl. Comme dans les cas d’Aristote et de Bacon, la réflexion sur les signes de Husserl n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique et approfondie visant à l’exhaustivité. Il manque non seulement une vision d’ensemble des thèses et des textes de Husserl d’intérêt sémiotique, mais aussi une mise en perspective historique de ses sources, modernes, médiévales et anciennes. Les travaux de ce séminaire, ainsi que la journée d’études qui s’en suivra, auront donc une tâche double. Il s’agira d’un côté de reconstruire les traits fondamentaux de la théorie des signes (linguistiques, mathématiques, somatiques etc.) dans une tradition « phénoménologique » qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation avec Aristote ; mais il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites d’un tel héritage ; en outre, il sera question de reconstruire à terme, et d’une manière la plus complète possible, la place des signes dans les « quatre phénoménologies » (Brentano, Husserl, Heidegger, Peirce) en commençant par une étude systématique des deux premières. Les questions d’ordre plus textuel/historique seront abordées lors des séances du séminaire, alors que l’intérêt d’une phénoménologie des signes dans le débat sémiotique et philosophico-linguistique contemporain sera abordé notamment lors de la journée d’études conclusive, où l’on reviendra également sur les assises méthodologiques de l’ensemble du Projet.

CALENDRIER :

02/10/2017, 14h-16h : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

09/10/2017, 14h-16h : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations

20/11/2017, 14-16h: Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

18/12/2017, 10h-12h: Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

29/01/2018, 10h-12h: Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

19/02/2018, 14h-16h: Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism « .

26/03/2018, 14h-16h : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

23/04/2018, 10h-12h: Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  1

28/05/2018, 10h-12h: Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

  1. ATTENTION CHANGEMENT DE DATE []

Séminaire SÊMAINÔ II (Roger Bacon)(Genève 2017)

«Roger Bacon, De signis: questions d’interprétation »

Lieu : Université de Genève

Dates : Les lundi 30 janvier, 20 février, 13 mars, 3 avril et 24 avril 2017, 13h00-16h00

Responsables: Laurent Cesalli (Université de Genève / SÊMAINÔ) ; Frédéric Goubier (Université de Genève / SÊMAINÔ)

Contact : laurent.cesalli@unige.ch ; frederic.goubier@gmail.com

AGENDA COMPLET DES ACTIVITES DU PROJET SEMAINO

2018

3-4/12/2018, 2 jours, LILLE : Congrès International: « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà ».

ARCHIVE DES ACTIVITES PASSEES

2018

28/05/2018, 10h-12h, Séance 9 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

23/04/2018, 10h-12h, Séance 8 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  ((ATTENTION CHANGEMENT DE DATE))

13/04/2018, Genève : « Que veut dire ‘signifier’? » ; Journée d’étude en conclusion du séminaire :  » Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty) »

26/03/2018, 14h-16h, Séance 7 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III) :  « Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique

19/02/2018, 14h-16h, Séance 6 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism ».

29/01/2018, 10h-12h, Séance 5 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

2017

18/12/2017, 10h-12h, Séance 4 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

23-25 Novembre 2017, GENEVE : Congrès International « Semantics and Psychology in Medieval Arab and Latin Philosophies« 

20/11/2017, 14-16h, Séance 3 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Hamid Taieb, (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

09/10/2017, 14h-16h, Séance 2 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations

02/10/2017, 14h-16h , Séance 1 du Séminaire Sêmainô III (LILLE)(Husserl)(2017-2018) : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

1 juin 2017, Workshop : « Après les Anciens: figures du signe, de la parole, du discours dans la tradition tardo-ancienne et médiévale », Lille, STL, SALLE CORBIN, 14h – 17h30

18 Mai 2017 : 10h-12h : séance 8 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote)(Lille, 2016-2017)

Michel Narcy (CNRS UMR 8230 “Centre Jean Pépin”) :  « Métaphysique, Γ ».

27 Avril 2017 : 10h-12h : séance 7 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote)(Lille, 2016-2017)

Laura Castelli (LMU Munich), « Métaphysique, Iota 1 ».

24 avril : 13h-16h, séance 5 du Séminaire SÊMAINÔ II (Roger Bacon)(Genève 2017)

3 avril 2017 : 13h – 16h, séance 4 du Séminaire SÊMAINÔ II ( Roger Bacon) (Genève 2017)

23 Mars 2017 :  10h-12h : séance 6 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote) (Lille, 2016-2017) 

Giuseppe Feola (Université de Lisbonne, Centro de Filosofia), « Declarative Linguistic Memory and the free play of imagination in Aristotle’s Psychology »

13 mars 2017 : 13h-16h, séance 3 du Séminaire SÊMAINÔ II (Roger Bacon)(Genève 2017)

10 mars 2017: 16h-18h, conférence, STL Lille :

Dominik Perler (Humboldt-Universität, Berlin), “Are Reflexive Acts Possible? A Late Medieval Controversy”.

2 et 9 Mars 2017 : 10h-12h : séance 5 et 5 bis du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote)(Lille, 2016-2017) 

Carla Di Martino (STL / ANR SEMAINO),  « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus biologique et psychologique » I et II

(ATTENTION : séance supplémentaire le 9 mars, salle A1.709)

30 janvier 2017 : 13h-16h, séance 1 du Séminaire SÊMAINÔ II (Roger Bacon)(Genève 2017)

26 Janvier 2017 , 10h-12h : séance 4 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote)(Lille, 2016-2017)   (SEANCE ANNULE)

Maria Michela Sassi (Université de Pise) : «Entre âme, voix et langage : une lecture croisée de De Interpretatione, 1,16a2-17a9 et De Anima II,8,420b5-421a3 ».

20 février 2017 : 13h-16h, séance 2 du Séminaire SÊMAINÔ II (Roger Bacon)(Genève 2017)

2016

5,6,7 et 8 décembre 2016 : Congrès International « SÊMAINÔ (I) : Théories anciennes de la signification », Lille, Maison de la Recherche

24 Novembre 2016, 10h-12h : séance 3 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote) (Lille, 2016-2017)

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Lecture et analyse de textes (II) : De Interpretatione ». 

3 Novembre 2016, 10h-12h : séance 2 du Séminaire SÊMAINÔ I (Aristote) (Lille, 2016-2017)

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus dialectique et métaphysique » ; « Lecture et analyse de texte (I) : Sophistici elenchi e Politica »

20 et 21 Octobre 2016, Workshop : « Théories du langage et de la signification dans la philosophie antique », Genève, Fondation Hardt 

29 Septembre 2016, 16h-18h : séance 1 du Séminaire SÊMAINÔ I (Lille, 2016-2017)

Francesco Ademollo (Università di Firenze) : « On the new Teubner edition of Aristotle’s De interpretatione ».

Workshop « Σημαίνω α : Aristote et le langage », Lille, Maison de la Recherche, 15 et 16 juin 2016

 

Séminaire « Sêmainô I » : 24 nov 2016, 10h-12h

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017) :

« La philosophie du langage d’Aristote :

nouvelles perspectives d’analyse textuelle et doctrinale »

Séance du Jeudi 24 Novembre 2016, 10h-12h , salle B1.663 (STL)

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Lecture et analyse de textes (II) : De Interpretatione ».

Théories du langage et de la signification dans la philosophie antique, Genève, 20 et 21 octobre 2016

Théories du langage et de la signification dans la philosophie antique

Theories of Language and Meaning in Ancient Philosophy

Genève, Fondation Hardt, 20-21 octobre 2016

Jeudi 20 octobre

12h30-14h00 Déjeuner à la Fondation

14h00-15h30 Session 1

Oratrice Maddalena Bonelli (Università degli studi di Bergamo)

Le commentaire disparu d’Alexandre d’Aphrodise sur le De interpretatione

Commentateur Ioannis Papachristou (University of Athens)

Président Claudio Majolino (Université de Lille III)

15h30 Café

16h00-17h30 Session 2

Oratrice Laura Castelli (Ludwig-Maximilians-Universität München)

Aristotle’s views about signifying the same / signifying one <thing>

Commentatrice Annamaria Schiaparelli (Université de Genève)

Présidente Katerina Ierodiakonou (Université de Genève)

19h00 Dîner en ville

Vendredi 21octobre

09h00-10h30 Session 3

Orateur Leone Gazziero (CNRS, Lille)

πειρος πρτος τν ψφον βαλέτω”. Mots, cailloux et autres choses dans le prologue des Sophistici elenchi d’Aristote

Commentatrice Carla Di Martino (Université de Lille III)

Président André-Louis Rey (Université de Genève)

10h30 Café

11h00-12h30 Session 4

Orateur Nicolas Zaks (Université Libre de Bruxelles)

L’analyse platonicienne de la négation dans le Sophiste 257b-c

Commentateur Alexander Bown (Université de Genève)

Président Paolo Crivelli (Université de Genève)

12h30-14h00 Déjeuner à la Fondation

cf. aussi le site du Département de Philosophie de L’université de Genève

Séminaire « Sêmainô I » : 29 sept. 16h-18h

Conférence

Francesco Ademollo (Università degli Studi di Firenze), « On the new Teubner edition of Aristotle’s De interpretatione »

Jeudi 29 septembre 2016, 16h-18h, salle B1.663 (STL)

dans le cadre du séminaire « Sêmainô I » (organisé par Leone Gazziero et Carla Di Martino)

Workshop « Σημαίνω α′ : Aristote et le langage », Lille, 15 et 16 juin 2016

Le 15 juin de 10h à 18h & le 16 juin de 10h à 13h
Salle F0.13 (008) de la Maison de la Recherche de Lille3

Organisé par Leone Gazziero (STL / ANR FNS SÊMAINÔ)

Programme  :

15 Juin 2016

10h00-10h10 : Accueil des participants et présentation du workshop (Leone Gazziero)

10h10-11h10 : Véronique Brière (Université Paris VIII): « Aristotelis Categoriae »

11h10-12h10 : Franco Lo Piparo (Università di Palermo): « Aristotelis De Interpretatione, 1 »

12h10-13h10 : Luca Gili (Université du Québec à Montreal): « Aristotelis De Interpretatione, 2-3 »

 

13h00-14h00 : Déjeuner

 

14h00-15h00 : Myriam Hecquet-devienne (Université de Lille):  « Aristotelis Sophistici Elenchi »

15h00-16h00 : Jean-Louis Labarrière (UMR 8061 « Centre Léon Robin »): « Aristotelis Parva Naturalia »

 

16h00-16h10 : Pause Café

16h10-17h10 : Michel Crubellier (Université de Lille): « Aristotelis De Anima, III, 7 »

17h10-18h10 : Silvia Fazzo (Università della Calabria): « Aristotelis Metaphysica, Δ, 7 »

 

16 Juin 2016

10h00-11h00 : Sylvain Delcomminette (Université Libre de Bruxelles): « Aristotelis Metaphysica, Γ, 4 »

11h00-12h00 : Annick Jaulin (Université Paris I): « Aristotelis Metaphysica, Z, 17 »

12h00-13h00 : Franco Trabattoni (Università Statale di Milano), « Aristotelis Etica Nichomaecha et Politica »

13h00-14h00 : Déjeuner

 

pour plus d’informations et pour télécharger le programme cliquez ici

SÊMAINÔ : DIFFERENTIAL ARCHEOLOGY OF THE LINGUISTIC SIGN

Why do we need linguistic signs?”

What is a linguistic sign and how does it mean what it means?”

What effects do linguistic signs have and what precautions are called for when we avail ourselves of them in order to convey our thoughts and feelings, argue with other people or try to move them in any way?”

This complex set of issues, whose roots go back at least as far as Plato and Aristotle, is still of paramount importance today, insofar as it governs the most fundamental questions we ask about language, its meaning and its uses. Throughout debates whose emphasis has shifted hence and forth between logic, grammar, theology, as well as rhetoric and literature, our understanding of what it takes for a linguistic expressions to be meaningful has come in a variety of ways. In order to make sense of this diversity, the consideration of results, even the most recent ones in linguistics, cognitive sciences and information sciences, however essential, is not enough. What is required first and foremost is a second-order model allowing us to catalogue, classify and differentially analyse theoretical patterns that have been implemented throughout history in order to account for the complex phenomenon of meaning as a property of linguistic expression, as a correlate to contents of thought, or else as a product of communication practices.

SÊMAINÔ research project is meant to develop such a methodological device by way of historical comparison between relevant authors and theories. Used as a heuristic filter, it will help us discover and assess (filter “in” and “out”) differences and similarities between them.

These as well as other elements of continuity and discontinuity, whose charting is one of the project’s priorities, will be instrumental in identifying both past patterns and margins for future development. Philosophical inquiries into how language works and what signification is have much to gain from comparative description and mapping of transformations. As a matter of fact, on the one hand, we are confronted with a wide variety of theories which differ one from another by the emphasis they place on different aspects, be it physical (linguistic signs have a materiality and a physiology of their own), semantic (meaning, reference and everything that falls between), psychological (the actual handling of signs in its intellectual and affective dimension) or pragmatic (usage situations of linguistic expression, both successful and biased). On the other hand, for all their differences and peculiarities, linguistic and semantic theories are rooted in conceptual networks whose divergences often reside in matters of detail and local calibration: a number of different authors, who all have their own historical contexts, have been asking time and again similar questions about what are, in fact, linguistic signs, how can they be lent significance and what precautions are required when we make use of them.