Archives par mot-clé : phénoménologie

PROGRAMME « Workshop SÊMAINÔ V. Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Le Workshop SÊMAINÔ V aura lieu les lundi 3 et mardi 4 décembre, salle des colloques (Maison de la recherche), à l’Université de Lille, Campus de Villeneuve d’Ascq

Organisateurs : C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg))).

PROGRAMME

Le lundi 3 décembre : première séance (Alain Lernould)

14h : ouverture du colloque. Alain Lernould

14h15-15h15 : Charlotte Gauvry (Université de Liège), « “Le langage est essentiellement le signe de la pensée” (Brentano, Logik, EL80-12.978) » : 

Pause

15h30-16h30 : Hamid Taieb (Universität Hamburg), « Ordinary Language and Typicality: Some Brentanian Discussions »

Pause

16h45/17h45 : Friederike Moltmann (Université Paris-1/CNRS),  « Twardowski’s action-product Distinction: several Issues » 

20h : dîner

Le mardi 4 décembre : deuxième séance (présidente de séance : Hélène Leblanc)

9h-10h : Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), « Phenomenal Signs »

Pause

10h15-11h15 : Dominique Pradelle (Université Paris-4), « Sens et référence des signes mathématiques »

Pause

11h30-12h30 : Mark Textor (King’s College London), « Thinking, Speaking and the Notion of Sense »

Déjeuner

Troisième séance (président de séance : Hamid Taieb)

14h30-15h30 : Hélène Leblanc (Université de Genève), « Sign and Language in young Anton Marty »

Pause

15h45-16h45 : Laurent Cesalli (Université de Genève), « Husserl chez les martiens ? ».

Pause

17h-18h : Ingrid Vendrell-Ferran (Frei Universität Berlin), « Mediated Awareness in “Image Consciousness”: A Comparison between Husserl and Wollheim »

Conclusions

ABSTRACT :

Charlotte Gauvry : l’enjeu de ma présentation est de commenter la thèse de Brentano selon laquelle le langage doit être essentiellement entendu comme le « signe » de la pensée. En première apparence, la thèse n’est pas neuve et évoque la célèbre formule d’ouverture du Peri Hemèneias d’Aristote : « les sons émis par la voix sont les symboles des états de l’âme, et les mots écrits les symboles des mots émis par la voix » (16a 4-6). Cela étant, là où le modèle aristotélicien repose sur un schéma triadique (chose – états de l’âme – mots émis par la voix/mots écrits) qui opère selon deux relations successives dont l’une est naturelle (les états de l’âme comme signes des choses) et l’autre est conventionnelle (les mots comme symboles des états de l’âme), Brentano opère d’emblée un double déplacement : c’est le « langage » (et non les mots) qui est « signe » (Zeichen) (et non symbole) de la pensée. Pour exposer la spécificité de cette thèse, je m’appuierai sur la théorie brentanienne (reprise par Marty puis par Twardoswki) des trois fonctions des noms logiques (ou « expressions autosémantiques ») selon laquelle on peut considérer le nom comme le signe d’un acte psychique (fonction de manifestation, Kundgabe), le signe d’un contenu de représentation conceptuelle (fonction de signification, Bedeutung) ou le signe d’un objet (fonction nominative, Namen). En clarifiant le statut de ces trois fonctions, j’entends manifester certaines spécificités du programme de l’école de Brentano en philosophie du langage (qui s’exprime aussi exemplairement chez Martinak ou Marty) : le langage, quoiqu’entendu comme « signe », n’est pas « transparent » (cf. Foucault, Recanati) et se caractérise bien plutôt par son statut expressif. Il est signe en tant qu’il s’inscrit dans le contexte d’un processus mental intentionnel intersubjectif.

Hamid Taieb : The aim of this paper is to study the relation between ordinary language and typicality in the works of Franz Brentano and his most faithful pupil Anton Marty. Both these authors defend the thesis that words in ordinary language are vague. More precisely, their meaning is a mental content organised around “usual” (Brentano) or “typical” (Marty) items and the things in the extension more or less resemble these standard items, drawing away from them up to borderline cases. These views anticipate in many respects the prototype theory of concepts, whose origins, in the dominant narrative, are rather identified in Wittgenstein. My paper, first, presents the Brentanian discussions on ordinary language and typicality and, second, evaluates their philosophical relevance.

Friederike Moltmann : à venir.

Guillaume Frechette : Brentano introduced intentionality as the mark of the mental, distinguishing it from physical phenomena which, as he puts it, merely have a phenomenal and intentional existence, and should only be taken as signs of an external reality. This distinction gave rise to numerous misunderstandings among Brentano’s students and in recent interpretations of Brentano’s thesis. In this paper, I propose to account for Brentano’s idea of physical phenomena as phenomenal signs. I argue that classical objections such as Husserl’s misconstrue Brentano’s idea. I propose a reconstruction based on the thesis that to perceive a physical phenomenon x as a phenomenal sign of something else zpresupposes that you represent z in some way. A ‘red seen’ is the phenomenal sign of something else (light waves, forces, red objects, etc.) only to the extent that you have some conception of what it is the sign of. I argue that Brentano’s account of visual illusions presupposes such conceptions and I draw the implications of this reconstruction on his overall account of perception.

Dominique Pradelle : Une des questions centrales liées à l’intuition symbolique en mathématiques concerne le sens et la dénotation des signes mathématiques : au-delà du plan purement morphologique des symboles, ces derniers visent-ils des idéalités extra-symboliques qui seraient les significations mathématiques, et conduisent-ils vers l’évidence d’entités idéales qui seraient des objectités mathématiques ? Bref, le plan des symboles et de l’évidence symbolique se transcende-t-il vers celui des significations et dénotations idéales, et les modes d’évidence corrélatifs en lesquels ils sont censés être atteints ? Nou serons ainsi conduit à examiner le rapport entre la méthode hilbertienne de limitation au niveau des signes et la stratification ternaire que Husserl attribue à la logique.

Mark Textor : The Brentanian tradition tries to understand language as the intentional indication of mental states and episodes by means of signs. However, can there be a mental life to be indicated without signs already in place? Humboldt, Trendelenburg, Schleiermacher and, following them, Frege argue that we ‘think in signs’: no (physical) sign, no mental life. In my talk I will relate these two conceptions of language to each other.

Hélène Leblanc : Anton Marty’s philosophy of signs and meaning are now well known: from the genetic queries of his first works to the Investigations towards the Foundation of General Grammar and Philosophy of Language (1908); from the two senses, large and narrow, of Bedeutung, to the definition of Zeichensein, and to his conception of general grammar. The various studies rightfully stressed his originality, particularly with respect to Franz Brentano, despite the strong influence of the master on his pupil. This talk takes a step back questioning the framework of this semiotic and linguistic thought just before the meeting with Brentano. The answer to this question will be based upon the analysis of the 20 year old Marty’s dissertation on “Saint Thomas’ Doctrine of Abstraction of Supersensory Ideas from Sensory Images, with an Exposition and Critique of Other Theories of Knowledge” (1867). Not only will it be the opportunity to discover a text, recently transcribed and almost unknown, but also, more in particular, the presentation of the notion of sign and of the relation between words, ideas and things in this early work will provide some answers to the two following issues: 1) What is the formation of the authors of the phenomenological tradition – here in its first period, and especially considering those who received a theological-philosophic education? 2) How to weigh up the advent of phenomenological approach in relation to this scholastic tradition?

Laurent Cesalli : Dans les Prolégomènes et la première de ses Recherches logiques, Husserl expose ses vues sur la nature de la logique et de la signification. Si la position de Husserl inclut bien la vie mentale des sujets dans la description de ce que signifier veut dire, le sens, en dernière analyse, est quelque chose d’abstrait qui se voit instancié dans les expressions linguistiques. Dans mon exposé, je présente et discute brièvement la manière dont Anton Marty et quelques un de ceux qui se sont inspirés de sa pensée (les « martyiens ») ont pris position face à Husserl (Marty lui-même, Martinak, Bühler, Landgrebe).

Ingrid Vendrell-Ferran : One of the main insights of the phenomenological tradition consists in distinguishing between different kinds of consciousness as forms of awareness and apprehension of the world. Prima facie, these forms of consciousness or awareness can be divided into “immediate” and “mediate”. Perception counts as a paradigmatic case of immediate awareness: in perception we become directly conscious of the perceived object as present. Cases of mediate awareness are what phenomenologists have called “signitive consciousness” and “image consciousness”. The first refers to those forms of awareness enabled by signs, in which we perceive a sign but also become aware of what it represents externally by association or convention. The second form of mediate awareness, “image consciousness”, refers to a form of consciousness mediated by images. In this form, we perceive an image but also see “in” the image something that is not really there. We claim to see a landscape “in” a picture, but what we really see is the picture, the canvas, etc. at the same time that we “see in” the picture the depicted landscape. In my talk, I will explore this idea of “image consciousness” by focusing on and comparing the positions developed by Husserl and Wollheim. This analysis of “image consciousness” will prove to be helpful in better understanding some features of “signitive consciousness”.

Workshop « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Colloque International : SÊMAINÔ Γ

Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà

Le 3 décembre 2018 de 14h à 18h00 et le 4 décembre 2018 de 9h à 18h30, Lille.

Organisé par C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg)).

Contact: aurelien.djian@univ-lille.fr

PRESENTATION DES TRAVAUX:

Suite aux volets Ancien (2015-2016, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (2016-2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés notamment sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Une partie centrale de ce troisième volet gravite autour de l’élaboration d’une phénoménologie des signes issue des réflexions sémiotiques et linguistiques propres à la tradition brentanienne et husserlienne. Il s’agira ainsi d’étudier, tant d’un point de vue historique que systématique des problèmes tels que : la conscience de signe en général ; la pensée symbolique ; la différence entre signes linguistiques et non linguistiques ; les écarts entre intentionnalité signitive, perceptive et imaginaire ; la structure catégoriale des signes linguistiques ; leur rôle dans la constitution des formations intersubjectives de type culturel (telles les sciences ou les communautés) etc. ; la structure sémiotique du monde culturel et personnel ; les possibles taxinomies de signes etc. Ces questions, étudiées notamment dans le cadre très complexe de la phénoménologie de Husserl, seront abordées du point de vue d’une tradition « phénoménologique » au sens plus large (et qui va de Brentano et Marty jusqu’à Heidegger et Ingarden) qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation, directe ou indirecte, avec Aristote. Héritage dont il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites à l’aune de perspectives plus contemporaines.

 PROGRAMME : disponible ici
 

PROGRAMME Journée d’étude: « Que veut dire ‘signifier’? », 13 Avril 2018, GENEVE

Le séminaire  « Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty) »  se conclura par une journée d’études, le 13 Avril 2018 – Uni Bastions, salle B101, Genève:

Que veut dire ‘signifier’? Quelques réponses modernes et contemporaines.

Journée d’études organisée par Hélène Leblanc et Laurent Cesalli

(ANR/FNS SÊMAINÔ – Inbegriff – Geneva Seminar for Austro-German Philosophy

PROGRAMME:

9h30-11h : Earline Jennifer Ashworth (University of Waterloo) – « Signs and signification as treated by Iberian logicians from Domingo de Soto to John of St Thomas »

Pause

11h30-13h : Lucien Vinciguerra (Université de Lille 3) (titre en attente)

Déjeuner 

14h30-16h : Martine Pécharman (CRAL, UMR 8566, CNRS-EHESS) « Sémantique et sémiotique selon Condillac »

Pause

16h30-18h : Claudio Majolino (Université Lille 3) « Phénoménologie des actions langagières. Husserl et Marty »

Dîner

*    *    *

TELECHARGER L’AFFICHE ICI

26 MARS 2018 : 14h-16h : séance 7 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 7 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 26/03/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

La théorie de la signification présentée dans les Recherches Logiques engage la conjonction de deux thèses fondamentales que Husserl articule l’une à l’autre de façon originale : d’un côté, il s’agit d’accorder une très forte autonomie aux significations, en tant qu’unités idéales, à l’égard des actes du signifier ; mais cette autonomie de la signification ne remet nullement en question le rapport phénoménologique fondamental qu’entretiennent les actes du signifier à l’égard des actes intuitifs, seuls susceptibles de leur apporter (ou non) un remplissement, et de conférer ainsi aux significations une valeur de vérité déterminée. Signifier, en d’autres termes, c’est faire usage de significations idéales en s’inscrivant dans la perspective d’un remplissement intuitif possible. L’articulation de ces deux thèses définit les coordonnées du « réalisme sémantique » propre aux Recherches Logiques, reposant à la fois sur une défense de l’idéalité des significations et sur une théorie de la vérité fondée sur le concept phénoménologique de remplissement. C’est la raison pour laquelle on a aussi bien pu célébrer cette théorie en y découvrant un effort sans précédent pour marquer l’irréductibilité de la signification à l’intuition (Derrida) que la critiquer en y retrouvant l’empreinte délétère d’une théorie de la vérité comme adéquation (Brisart).

Or, dans un cas comme dans l’autre, cette conception de la signification semble difficilement s’accommoder du cas, pourtant central, des significations indexicales, c’est-à-dire des significations qui mettent en œuvre une référence inéliminable au contexte d’effectuation des actes du signifier. D’une part en effet, ce type de significations engage une part inéliminable d’indication qui semble remettre en question la pureté de l’expression de signification et l’autonomie de la signification exprimée. D’autre part, l’intelligibilité des significations indexicales semble requérir un remplissement non pas seulement possible, mais effectif : elles ne semblent pouvoir faire sens que dans la mesure où elles sont en quelque sorte déjà remplies.

Toute la question est de se demander si ces difficultés indiquent des limites indépassables de la théorie de la signification des Recherches Logiques, comme Husserl semble lui-même l’avoir pensé quelques années après leur parution. Le but de cette séance du séminaire sera de proposer une lecture de la 1ère Recherche permettant de donner un sens et une valeur positive à la conception de l’indexicalité que Husserl y développe. Nous nous appuierons à cet égard sur l’analyse de l’indexical auquel Husserl reconnait un privilège manifeste dans son traitement de l’indexicalité, à savoir le pronom de la première personne, et nous essayerons de montrer en quoi son analyse doit nous amener à relativiser le rôle que joue la question du remplissement à l’intérieur de la théorie husserlienne de la signification.