Archives par mot-clé : phénoménologie

Workshop « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Colloque International : SÊMAINÔ Γ

Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà

Le 3 décembre 2018 de 14h à 18h00 et le 4 décembre 2018 de 9h à 18h30, Lille. Organisé par C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg)). Contact: aurelien.djian@univ-lille.fr PRESENTATION DES TRAVAUX:

Suite aux volets Ancien (2015-2016, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (2016-2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés notamment sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Une partie centrale de ce troisième volet gravite autour de l’élaboration d’une phénoménologie des signes issue des réflexions sémiotiques et linguistiques propres à la tradition brentanienne et husserlienne. Il s’agira ainsi d’étudier, tant d’un point de vue historique que systématique des problèmes tels que : la conscience de signe en général ; la pensée symbolique ; la différence entre signes linguistiques et non linguistiques ; les écarts entre intentionnalité signitive, perceptive et imaginaire ; la structure catégoriale des signes linguistiques ; leur rôle dans la constitution des formations intersubjectives de type culturel (telles les sciences ou les communautés) etc. ; la structure sémiotique du monde culturel et personnel ; les possibles taxinomies de signes etc. Ces questions, étudiées notamment dans le cadre très complexe de la phénoménologie de Husserl, seront abordées du point de vue d’une tradition « phénoménologique » au sens plus large (et qui va de Brentano et Marty jusqu’à Heidegger et Ingarden) qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation, directe ou indirecte, avec Aristote. Héritage dont il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites à l’aune de perspectives plus contemporaines.

 PROGRAMME :

Le lundi 3 décembre : première séance (Alain Lernould)

14h : ouverture du colloque. Alain Lernould 14h15-15h15 : Charlotte Gauvry (Université de Liège), « “Le langage est essentiellement le signe de la pensée” (Brentano, Logik, EL80-12.978) » Pause 15h30-16h30 : Hamid Taieb (Universität Hamburg), « Ordinary Language and Typicality: Some Brentanian Discussions » Pause 16h45/17h45 : Hélène Leblanc (Université de Genève), « Sign and Language in young Anton Marty » 20h : dîner Le mardi 4 décembre : deuxième séance (présidente de séance : Hélène Leblanc) 9h-10h : Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), « Phenomenal Signs » Pause 10h15-11h15 : Claudio Majolino, « Husserl on semiotic agency: Towards a phenomenology of communication » Pause 11h30-12h30 : Mark Textor (King’s College London), « Thinking, Speaking and the Notion of Sense » Déjeuner Troisième séance (président de séance : Hamid Taieb) 14h30-15h30 : Laurent Cesalli (Université de Genève), « Husserl chez les martiens ? » Pause 15h45-16h45 : Friederike Moltmann (Université Paris-1/CNRS),  « Twardowski’s action-product Distinction: several Issues » Conclusions

PROGRAMME Journée d’étude: « Que veut dire ‘signifier’? », 13 Avril 2018, GENEVE

Le séminaire  « Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty) »  se conclura par une journée d’études, le 13 Avril 2018 – Uni Bastions, salle B101, Genève:

Que veut dire ‘signifier’? Quelques réponses modernes et contemporaines.

Journée d’études organisée par Hélène Leblanc et Laurent Cesalli

(ANR/FNS SÊMAINÔ – Inbegriff – Geneva Seminar for Austro-German Philosophy

PROGRAMME:

9h30-11h : Earline Jennifer Ashworth (University of Waterloo) – « Signs and signification as treated by Iberian logicians from Domingo de Soto to John of St Thomas »

Pause

11h30-13h : Lucien Vinciguerra (Université de Lille 3) (titre en attente)

Déjeuner 

14h30-16h : Martine Pécharman (CRAL, UMR 8566, CNRS-EHESS) « Sémantique et sémiotique selon Condillac »

Pause

16h30-18h : Claudio Majolino (Université Lille 3) « Phénoménologie des actions langagières. Husserl et Marty »

Dîner

*    *    *

TELECHARGER L’AFFICHE ICI

26 MARS 2018 : 14h-16h : séance 7 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 7 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 26/03/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

La théorie de la signification présentée dans les Recherches Logiques engage la conjonction de deux thèses fondamentales que Husserl articule l’une à l’autre de façon originale : d’un côté, il s’agit d’accorder une très forte autonomie aux significations, en tant qu’unités idéales, à l’égard des actes du signifier ; mais cette autonomie de la signification ne remet nullement en question le rapport phénoménologique fondamental qu’entretiennent les actes du signifier à l’égard des actes intuitifs, seuls susceptibles de leur apporter (ou non) un remplissement, et de conférer ainsi aux significations une valeur de vérité déterminée. Signifier, en d’autres termes, c’est faire usage de significations idéales en s’inscrivant dans la perspective d’un remplissement intuitif possible. L’articulation de ces deux thèses définit les coordonnées du « réalisme sémantique » propre aux Recherches Logiques, reposant à la fois sur une défense de l’idéalité des significations et sur une théorie de la vérité fondée sur le concept phénoménologique de remplissement. C’est la raison pour laquelle on a aussi bien pu célébrer cette théorie en y découvrant un effort sans précédent pour marquer l’irréductibilité de la signification à l’intuition (Derrida) que la critiquer en y retrouvant l’empreinte délétère d’une théorie de la vérité comme adéquation (Brisart).

Or, dans un cas comme dans l’autre, cette conception de la signification semble difficilement s’accommoder du cas, pourtant central, des significations indexicales, c’est-à-dire des significations qui mettent en œuvre une référence inéliminable au contexte d’effectuation des actes du signifier. D’une part en effet, ce type de significations engage une part inéliminable d’indication qui semble remettre en question la pureté de l’expression de signification et l’autonomie de la signification exprimée. D’autre part, l’intelligibilité des significations indexicales semble requérir un remplissement non pas seulement possible, mais effectif : elles ne semblent pouvoir faire sens que dans la mesure où elles sont en quelque sorte déjà remplies.

Toute la question est de se demander si ces difficultés indiquent des limites indépassables de la théorie de la signification des Recherches Logiques, comme Husserl semble lui-même l’avoir pensé quelques années après leur parution. Le but de cette séance du séminaire sera de proposer une lecture de la 1ère Recherche permettant de donner un sens et une valeur positive à la conception de l’indexicalité que Husserl y développe. Nous nous appuierons à cet égard sur l’analyse de l’indexical auquel Husserl reconnait un privilège manifeste dans son traitement de l’indexicalité, à savoir le pronom de la première personne, et nous essayerons de montrer en quoi son analyse doit nous amener à relativiser le rôle que joue la question du remplissement à l’intérieur de la théorie husserlienne de la signification.