Archives par mot-clé : logique

SEMINAIRE : Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty)(GENEVE 2018)

Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty)

RESPONSABLE : HELENE LEBLANC, helene.leblanc85@gmail.com

Séminaire (Master/Recherche) – Semestre de Printemps

  • les jeudis 22/02; 01/03; 08/03; 15/03; 22/03; 29/03; 12/04; 19/04
  • 10h-12h – Université de Genève – Uni Bastions A206

 

Objectif

Questionner le rapport entre logique et grammaire, et l’idée de grammaire générale qui en découle, sur la base d’une comparaison entre Antoine Arnauld, en tant que co-auteur des deux ouvrages phares de Port-Royal, et Anton Marty, comme le principal philosophe du langage de ce qu’on a appelé l’École de Brentano.

Descriptif

Quel est le rapport entre logique et grammaire ? Deux réponses antagonistes sont données à cette question : celle d’un strict parallélisme où le langage est le simple reflet de la pensée, et celle d’une radicale séparation, au sens où les catégories grammaticales n’ont rien à voir avec les catégories logiques. Entre ces deux réponses s’intercalent bien sûr une multitude de positions intermédiaires, dont Antoine Arnauld et Anton Marty donnent deux versions particulièrement développées. En particulier, et en dépit du temps qui les sépare, les deux « Antoine » partagent l’idée d’une grammaire générale, comme d’une grammaire qui n’est pas « pure » (au sens où Husserl l’entendra), mais qui est exempte des particularismes de chaque langue. Sur la base de sa théorie du jugement et de la notion de forme linguistique interne, Marty critiquera cependant l’isomorphisme langage / pensée, encore actif chez le représentant de Port-Royal qu’est Antoine Arnauld.

Le séminaire sera composé de 8 séances, basées sur une sélection de textes (en français), et d’une journée d’étude qui aura lieu le vendredi 13 avril.

Bibliographie

– A. Arnauld et C. Lancelot 1972, Grammaire générale et raisonnée (1660) Suivie de A. Arnauld et P. Nicole, La logique ou l’art de penser (1662), Genève, Slatkine Reprints.

– L. Cesalli 2016, « Grammaire, logique et psychologie chez Anton Marty », Bulletin d’analyse phénoménologique. XII 2, p. 121-138.

– A. Joly et J. Stefanini (eds.) 1977, La grammaire générale: des modistes aux idéologues, Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Université de Lille III.

– H. Leblanc 2017, « Grammaire générale and Grammatica speculativa. The Historical Roots of the Marty-Husserl Debate on General Grammar », in: G. Fréchette, H. Taieb (eds.), Mind and Language – On the Philosophy of Anton Marty, Berlin, De Gruyter, p. 325-343

– K. Mulligan 1990, « Marty’s Philosophical Grammar », in K. Mulligan (ed.), Mind, Meaning and Metaphysics. The Philosophy and Theory of Language of Anton Marty, Dordrecht / Boston / London, Kluwer Academic Publishers, 11-27

– A. Marty 2007, « Sur le rapport entre la grammaire et la logique », trad. fr. par D. Seron, in D. Fisette & G. Fréchette, À l’école de Brentano, Vrin, Paris, p. 385-421

– C. Pariente 1985, « Grammaire et Logique à Port-Royal », in C. Pariente, L’analyse du langage à Port-Royal: six études logico-grammaticales, Paris, Les Editions de Minuit, 103-148

Séminaire « Sêmainô I » : 24 nov 2016, 10h-12h

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017) :

« La philosophie du langage d’Aristote :

nouvelles perspectives d’analyse textuelle et doctrinale »

Séance du Jeudi 24 Novembre 2016, 10h-12h , salle B1.663 (STL)

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Lecture et analyse de textes (II) : De Interpretatione ».

Séminaire « Sêmainô I » : 3 nov 2016, 10h-12h

Séminaire SÊMAINÔ I (2016-2017) :

« La philosophie du langage d’Aristote :

nouvelles perspectives d’analyse textuelle et doctrinale »

Séance du Jeudi 3 Novembre 2016, 10h-12h , salle B1.663 (STL)

Leone Gazziero (STL / ANR SEMAINO), « Introduction à la philosophie du langage d’Aristote : le corpus dialectique et métaphysique » ; « Lecture et analyse de texte (I) : Sophistici elenchi e Politica ».

SÊMAINÔ

« Pourquoi y a-t-il des signes linguistiques ? »

« Qu’est-ce qu’un signe linguistique et en quoi consiste sa signification ?»

« Quels sont les effets qu’il produit et quelles sont les contraintes que l’on doit respecter et les précautions qu’il convient de prendre lorsqu’on s’en sert ? »

Ce complexe de questions, dont on peut retracer l’origine dans un certain nombre de textes de Platon et d’Aristote, oriente encore aujourd’hui les enjeux fondamentaux de la philosophie du langage, à savoir l’élucidation du sens des expressions linguistiques ainsi que des conditions concrètes de leur utilisation. Au fil des débats logiques, grammaticaux, théologiques ou encore rhétoriques et littéraires, cette philosophie du langage s’est déclinée en une variété de manières de comprendre ce que, pour une expression linguistique donnée, « signifier » veut dire. Pour peu que l’on aborde philosophiquement cette diversité, une prise en charge des résultats, même les plus récents, en linguistique, en sciences cognitives ou encore en sciences de l’information, tout indispensable qu’elle soit par ailleurs, n’est pas suffisante. Ce qu’il faut c’est avant tout un paradigme conceptuel diachronique permettant de répertorier, classer et analyser les modèles théoriques mis en place au cours de l’histoire pour rendre compte du phénomène complexe de la signification comme propriété des expressions linguistiques, corrélat d’un contenu de pensée ou encore en tant que produit d’une pratique de communication.

Le programme de recherche SÊMAINÔ se propose de développer un tel outil méthodologique par une analyse comparative de la matière historique à travers un parcours indexé sur ses étapes les plus marquantes. Utilisé comme un “filtre heuristique”, cet outil contribuera à la découverte et à l’évaluation des analogies et des différences entre les auteurs et les doctrines à l’étude. Un regard synoptique sur leurs éléments et leurs solutions de continuité permettra non seulement d’identifier des structures récurrentes mais aussi de mieux apprécier leurs marges de développement au sein du débat contemporain.