Archives par mot-clé : Claudio Majolino

PROGRAMME Journée d’étude: « Que veut dire ‘signifier’? », 13 Avril 2018, GENEVE

Le séminaire  « Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty) »  se conclura par une journée d’études, le 13 Avril 2018 – Uni Bastions, salle B101, Genève:

Que veut dire ‘signifier’? Quelques réponses modernes et contemporaines.

Journée d’études organisée par Hélène Leblanc et Laurent Cesalli

(ANR/FNS SÊMAINÔ – Inbegriff – Geneva Seminar for Austro-German Philosophy

PROGRAMME:

9h30-11h : Earline Jennifer Ashworth (University of Waterloo) – « Signs and signification as treated by Iberian logicians from Domingo de Soto to John of St Thomas »

Pause

11h30-13h : Lucien Vinciguerra (Université de Lille 3) (titre en attente)

Déjeuner 

14h30-16h : Martine Pécharman (CRAL, UMR 8566, CNRS-EHESS) « Sémantique et sémiotique selon Condillac »

Pause

16h30-18h : Claudio Majolino (Université Lille 3) « Phénoménologie des actions langagières. Husserl et Marty »

Dîner

*    *    *

TELECHARGER L’AFFICHE ICI

29 JANVIER 2018 : 10h-12h : séance 5 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 5 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 29/01/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

Dans ce qui suit, je discute des différentes stratégies proposées par Husserl pour rendre compte de la signification des expressions indexicales et démonstratives dans le contexte d’une théorie phénoménologique de la signification. J’esquisse d’abord deux versions d’une telle théorie générale de la signification, celles proposées par Husserl en 1901 et en 1908 et je montre en quoi les significations indexicales et démonstratives posent problème pour ces deux versions de la théorie. Je discute ensuite des différentes interprétations de la théorie husserlienne des indexicaux et des démonstratifs proposées dans la littérature secondaire, notamment celles de Mulligan et Smith (1986), Føllesdal (1969) et Smith et MacIntyre (1982). Je termine en suggérant que les difficultés soulevées par ces expressions pour les deux versions de la théorie phénoménologique de la signification invitent à peuvent être contournées en mettant à profit certains outils développés dans la tradition austro-allemande, notamment par Marty.

20 NOVEMBRE 2017 : 14h-16h : séance 3 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 3 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 20/11/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

La théorie de la signification défendue par Husserl dans ses derniers textes, notamment l’Origine de la géométrie, a créé des perplexités chez ses commentateurs : que veut exactement dire Husserl lorsqu’il affirme que la signification acquiert son « objectivité idéale » par et dans l’écriture ? L’idéalité de la signification et la réalité de l’écriture n’entrent-elles pas en contradiction ? L’hypothèse qui dirigera ma lecture est la suivante : à trop attribuer d’originalité et de profondeur aux thèses de Husserl, le risque est d’échouer à en voir l’intérêt philosophique. Ainsi, dans le but d’éclairer les textes husserliens, je les comparerai à ceux d’autres auteurs austro-allemands, à savoir Stumpf et Twardowski, qui défendent des thèses similaires à celles de Husserl. Inspiré par Twardowski, je me demanderai si Husserl ne néglige pas de distinguer différents niveaux de puissance et d’acte lorsqu’il affirme que la signification est incorporée dans des « documents ». Je soutiendrai qu’une telle distinction serait propre à accroître l’intelligibilité des thèses de Husserl.

2 OCTOBRE 2017 : 14h-16h : séance 1 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La première séance du séminaire Sêmainô :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 02/10/2017, STL, salle de séminaire (B1.663), 14h-16h

Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

Dans la Première Recherche logique, Husserl soutient qu’afin d’achever une théorie phénoménologique de la signification, il est nécessaire de commencer par la « distinction essentielle » entre signes expressifs et signes indicatifs. La notion de « signe » devra donc être considérée en tant que foncièrement équivoque. Nous essayerons de tracer la genèse historique de cette thèse, en remontant jusqu’à la théorie bolzanienne des signes et en la situant dans le contexte plus vaste de l’école de Brentano et sa confrontation avec Aristote. Cela devrait permettre de montrer (1) le rôle des considérations d’ordre sémiotique dans l’économie de la critique husserlienne du psychologisme et (2) l’importance de la thèse husserlienne de l’équivocité du signe en tant que critique de l’opinion très répandue selon laquelle « signe » est un terme univoque dont la structure se laisserait résumer par la formule soi-disant médiévale aliquid stat pro aliquo.

PROGRAMME DU SEMINAIRE « Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes », LILLE 2017-2018

SÊMAINÔ Γ (LILLE, 2017-2018) :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologies des signes

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE : claudio.majolino@univ-lille3.fr

ORGANISATION : claudio.majolino@univ-lille3.fr ; carla.dimartino@univ-lille3.fr

HORAIRE ET LIEUX : LILLE, STL, salle de séminaire (B1.663), le lundi de 10h à 12h OU de 14h à 16h.

PRESENTATION :

Suite aux volets Ancien (avril 2016- mai 2017, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (octobre 2016 -novembre 2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés respectivement sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Ce troisième volet, comme annoncé dans le programme déposé à l’ANR/FNS, gravitera notamment autour des phénoménologies des signes post-brentaniennes et, tout particulièrement, autour de la réflexion sémiotique de Husserl. Comme dans les cas d’Aristote et de Bacon, la réflexion sur les signes de Husserl n’a pas encore fait l’objet d’une étude systématique et approfondie visant à l’exhaustivité. Il manque non seulement une vision d’ensemble des thèses et des textes de Husserl d’intérêt sémiotique, mais aussi une mise en perspective historique de ses sources, modernes, médiévales et anciennes. Les travaux de ce séminaire, ainsi que la journée d’études qui s’en suivra, auront donc une tâche double. Il s’agira d’un côté de reconstruire les traits fondamentaux de la théorie des signes (linguistiques, mathématiques, somatiques etc.) dans une tradition « phénoménologique » qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation avec Aristote ; mais il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites d’un tel héritage ; en outre, il sera question de reconstruire à terme, et d’une manière la plus complète possible, la place des signes dans les « quatre phénoménologies » (Brentano, Husserl, Heidegger, Peirce) en commençant par une étude systématique des deux premières. Les questions d’ordre plus textuel/historique seront abordées lors des séances du séminaire, alors que l’intérêt d’une phénoménologie des signes dans le débat sémiotique et philosophico-linguistique contemporain sera abordé notamment lors de la journée d’études conclusive, où l’on reviendra également sur les assises méthodologiques de l’ensemble du Projet.

CALENDRIER :

02/10/2017, 14h-16h : Claudio Majolino (Université de Lille / UMR STL), “Husserl et l’équivocité du signe. Retour sur le partage Anzeige/Ausdruck

09/10/2017, 14h-16h : Thomas Byrne (KU Leuven/Husserl Archives), “On the signification of gestures in Husserl’s Logical Investigations

20/11/2017, 14-16h: Hamid Taieb (Université de Genève / Universität Salzburg), “La signification chez le dernier Husserl”

18/12/2017, 10h-12h: Arkadiusz Chrudzimski (University of Szczecin), “Husserl and Ingarden on Signs and Language”

29/01/2018, 10h-12h: Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

19/02/2018, 14h-16h: Daniele De Santis (Università Roma II), « Husserl against signs, or The many varieties of idealism « .

26/03/2018, 14h-16h : Pierre-Jean Renaudie (Université Lyon III), “Réalisme sémantique et indexicalité phénoménologique »

23/04/2018, 10h-12h: Carlo Ierna (Universiteit Utrecht), “Symbolic intentionality in the School of Brentano”  1

28/05/2018, 10h-12h: Stephan Meier-Oeser (Freie Universität Berlin), “The trace of Leibniz”

  1. ATTENTION CHANGEMENT DE DATE []

Théories du langage et de la signification dans la philosophie antique, Genève, 20 et 21 octobre 2016

Théories du langage et de la signification dans la philosophie antique

Theories of Language and Meaning in Ancient Philosophy

Genève, Fondation Hardt, 20-21 octobre 2016

Jeudi 20 octobre

12h30-14h00 Déjeuner à la Fondation

14h00-15h30 Session 1

Oratrice Maddalena Bonelli (Università degli studi di Bergamo)

Le commentaire disparu d’Alexandre d’Aphrodise sur le De interpretatione

Commentateur Ioannis Papachristou (University of Athens)

Président Claudio Majolino (Université de Lille III)

15h30 Café

16h00-17h30 Session 2

Oratrice Laura Castelli (Ludwig-Maximilians-Universität München)

Aristotle’s views about signifying the same / signifying one <thing>

Commentatrice Annamaria Schiaparelli (Université de Genève)

Présidente Katerina Ierodiakonou (Université de Genève)

19h00 Dîner en ville

Vendredi 21octobre

09h00-10h30 Session 3

Orateur Leone Gazziero (CNRS, Lille)

πειρος πρτος τν ψφον βαλέτω”. Mots, cailloux et autres choses dans le prologue des Sophistici elenchi d’Aristote

Commentatrice Carla Di Martino (Université de Lille III)

Président André-Louis Rey (Université de Genève)

10h30 Café

11h00-12h30 Session 4

Orateur Nicolas Zaks (Université Libre de Bruxelles)

L’analyse platonicienne de la négation dans le Sophiste 257b-c

Commentateur Alexander Bown (Université de Genève)

Président Paolo Crivelli (Université de Genève)

12h30-14h00 Déjeuner à la Fondation

cf. aussi le site du Département de Philosophie de L’université de Genève

LES ACTEURS

SÊMAINÔ – ARCHELOGIE DIFFERENTIELLE DU SIGNE LINGUISTIQUE

EQUIPE SEMAINO:


Leone Gazziero (Directeur Lille)

Laurent Cesalli (Directeur Genève)

Claudio Majolino (Co-Directeur Lille)

Carla Di Martino (Post-doc Lille)

Aurélien Djian (Post-doc Lille)

Frédéric Goubier (Post-doc Genève)

Hélène Leblanc (Post-doc Genève)

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS:

SÊMAINÔ : DIFFERENTIAL ARCHEOLOGY OF THE LINGUISTIC SIGN

Why do we need linguistic signs?”

What is a linguistic sign and how does it mean what it means?”

What effects do linguistic signs have and what precautions are called for when we avail ourselves of them in order to convey our thoughts and feelings, argue with other people or try to move them in any way?”

This complex set of issues, whose roots go back at least as far as Plato and Aristotle, is still of paramount importance today, insofar as it governs the most fundamental questions we ask about language, its meaning and its uses. Throughout debates whose emphasis has shifted hence and forth between logic, grammar, theology, as well as rhetoric and literature, our understanding of what it takes for a linguistic expressions to be meaningful has come in a variety of ways. In order to make sense of this diversity, the consideration of results, even the most recent ones in linguistics, cognitive sciences and information sciences, however essential, is not enough. What is required first and foremost is a second-order model allowing us to catalogue, classify and differentially analyse theoretical patterns that have been implemented throughout history in order to account for the complex phenomenon of meaning as a property of linguistic expression, as a correlate to contents of thought, or else as a product of communication practices.

SÊMAINÔ research project is meant to develop such a methodological device by way of historical comparison between relevant authors and theories. Used as a heuristic filter, it will help us discover and assess (filter “in” and “out”) differences and similarities between them.

These as well as other elements of continuity and discontinuity, whose charting is one of the project’s priorities, will be instrumental in identifying both past patterns and margins for future development. Philosophical inquiries into how language works and what signification is have much to gain from comparative description and mapping of transformations. As a matter of fact, on the one hand, we are confronted with a wide variety of theories which differ one from another by the emphasis they place on different aspects, be it physical (linguistic signs have a materiality and a physiology of their own), semantic (meaning, reference and everything that falls between), psychological (the actual handling of signs in its intellectual and affective dimension) or pragmatic (usage situations of linguistic expression, both successful and biased). On the other hand, for all their differences and peculiarities, linguistic and semantic theories are rooted in conceptual networks whose divergences often reside in matters of detail and local calibration: a number of different authors, who all have their own historical contexts, have been asking time and again similar questions about what are, in fact, linguistic signs, how can they be lent significance and what precautions are required when we make use of them.