Archives mensuelles : janvier 2018

SEMINAIRE : Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty)(GENEVE 2018)

Logique et grammaire chez deux Antoine (Arnauld et Marty)

RESPONSABLE : HELENE LEBLANC, helene.leblanc85@gmail.com

Séminaire (Master/Recherche) – Semestre de Printemps

  • les jeudis 22/02; 01/03; 08/03; 15/03; 22/03; 29/03; 12/04; 19/04
  • 10h-12h – Université de Genève – Uni Bastions A206

 

Objectif

Questionner le rapport entre logique et grammaire, et l’idée de grammaire générale qui en découle, sur la base d’une comparaison entre Antoine Arnauld, en tant que co-auteur des deux ouvrages phares de Port-Royal, et Anton Marty, comme le principal philosophe du langage de ce qu’on a appelé l’École de Brentano.

Descriptif

Quel est le rapport entre logique et grammaire ? Deux réponses antagonistes sont données à cette question : celle d’un strict parallélisme où le langage est le simple reflet de la pensée, et celle d’une radicale séparation, au sens où les catégories grammaticales n’ont rien à voir avec les catégories logiques. Entre ces deux réponses s’intercalent bien sûr une multitude de positions intermédiaires, dont Antoine Arnauld et Anton Marty donnent deux versions particulièrement développées. En particulier, et en dépit du temps qui les sépare, les deux « Antoine » partagent l’idée d’une grammaire générale, comme d’une grammaire qui n’est pas « pure » (au sens où Husserl l’entendra), mais qui est exempte des particularismes de chaque langue. Sur la base de sa théorie du jugement et de la notion de forme linguistique interne, Marty critiquera cependant l’isomorphisme langage / pensée, encore actif chez le représentant de Port-Royal qu’est Antoine Arnauld.

Le séminaire sera composé de 8 séances, basées sur une sélection de textes (en français), et d’une journée d’étude qui aura lieu le vendredi 13 avril.

Bibliographie

– A. Arnauld et C. Lancelot 1972, Grammaire générale et raisonnée (1660) Suivie de A. Arnauld et P. Nicole, La logique ou l’art de penser (1662), Genève, Slatkine Reprints.

– L. Cesalli 2016, « Grammaire, logique et psychologie chez Anton Marty », Bulletin d’analyse phénoménologique. XII 2, p. 121-138.

– A. Joly et J. Stefanini (eds.) 1977, La grammaire générale: des modistes aux idéologues, Villeneuve d’Ascq, Publications de l’Université de Lille III.

– H. Leblanc 2017, « Grammaire générale and Grammatica speculativa. The Historical Roots of the Marty-Husserl Debate on General Grammar », in: G. Fréchette, H. Taieb (eds.), Mind and Language – On the Philosophy of Anton Marty, Berlin, De Gruyter, p. 325-343

– K. Mulligan 1990, « Marty’s Philosophical Grammar », in K. Mulligan (ed.), Mind, Meaning and Metaphysics. The Philosophy and Theory of Language of Anton Marty, Dordrecht / Boston / London, Kluwer Academic Publishers, 11-27

– A. Marty 2007, « Sur le rapport entre la grammaire et la logique », trad. fr. par D. Seron, in D. Fisette & G. Fréchette, À l’école de Brentano, Vrin, Paris, p. 385-421

– C. Pariente 1985, « Grammaire et Logique à Port-Royal », in C. Pariente, L’analyse du langage à Port-Royal: six études logico-grammaticales, Paris, Les Editions de Minuit, 103-148

29 JANVIER 2018 : 10h-12h : séance 5 du Séminaire SÊMAINÔ III (Husserl)(Lille, 2017-2018)

La séance 5 du séminaire :

Depuis les Modernes. Ontologies et phénoménologie des signes

aura lieu lundi 29/01/2018, STL, salle de séminaire (B1.663), 10h-12h

Guillaume Fréchette (Universität Salzburg), “Husserl, les indexicaux et les démonstratifs”

Dans ce qui suit, je discute des différentes stratégies proposées par Husserl pour rendre compte de la signification des expressions indexicales et démonstratives dans le contexte d’une théorie phénoménologique de la signification. J’esquisse d’abord deux versions d’une telle théorie générale de la signification, celles proposées par Husserl en 1901 et en 1908 et je montre en quoi les significations indexicales et démonstratives posent problème pour ces deux versions de la théorie. Je discute ensuite des différentes interprétations de la théorie husserlienne des indexicaux et des démonstratifs proposées dans la littérature secondaire, notamment celles de Mulligan et Smith (1986), Føllesdal (1969) et Smith et MacIntyre (1982). Je termine en suggérant que les difficultés soulevées par ces expressions pour les deux versions de la théorie phénoménologique de la signification invitent à peuvent être contournées en mettant à profit certains outils développés dans la tradition austro-allemande, notamment par Marty.