Archives pour la catégorie ACTUALITES / NEWS

Workshop « Σημαίνω Γ : Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà », Lille, 3 et 4 décembre 2018

Colloque International : SÊMAINÔ Γ

Phénoménologies des signes : paroles, symboles et indices—autour de Husserl et au-delà

Le 3 décembre 2018 de 14h à 18h00 et le 4 décembre 2018 de 9h à 18h30, Lille.

Organisé par C. Majolino (UdL/UMR STL) et C. Di Martino (UdL/SÊMAINÔ) (avec la collaboration scientifique de H. Leblanc (SÊMAINÔ, Genève) et H. Taieb (Universität Hamburg)).

Contact: aurelien.djian@univ-lille.fr

PRESENTATION DES TRAVAUX:

Suite aux volets Ancien (2015-2016, sous la direction de Leone Gazziero) et Médiéval (2016-2017, sous la direction de Laurent Cesalli)—centrés notamment sur les figures d’Aristote et de Bacon—, le projet SÊMAINÔ se poursuit en 2017-18 avec un troisième volet consacré aux prolongements Modernes et Contemporains de la réflexion philosophique sur les signes et les phénomènes de signification (sous la direction de Claudio Majolino). Une partie centrale de ce troisième volet gravite autour de l’élaboration d’une phénoménologie des signes issue des réflexions sémiotiques et linguistiques propres à la tradition brentanienne et husserlienne. Il s’agira ainsi d’étudier, tant d’un point de vue historique que systématique des problèmes tels que : la conscience de signe en général ; la pensée symbolique ; la différence entre signes linguistiques et non linguistiques ; les écarts entre intentionnalité signitive, perceptive et imaginaire ; la structure catégoriale des signes linguistiques ; leur rôle dans la constitution des formations intersubjectives de type culturel (telles les sciences ou les communautés) etc. ; la structure sémiotique du monde culturel et personnel ; les possibles taxinomies de signes etc. Ces questions, étudiées notamment dans le cadre très complexe de la phénoménologie de Husserl, seront abordées du point de vue d’une tradition « phénoménologique » au sens plus large (et qui va de Brentano et Marty jusqu’à Heidegger et Ingarden) qui n’a jamais fait secret de son inspiration « aristotélicienne » ou, du moins, du caractère structurel de sa confrontation, directe ou indirecte, avec Aristote. Héritage dont il s’agira également de mesurer le sens, la portée et les limites à l’aune de perspectives plus contemporaines.

 PROGRAMME : disponible ici